Sermon pour le dernier dimanche le l’année ecclésiastique

Sermon sur Matthieu 24,15-28

Le texte du sermon :

C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, -que celui qui lit fasse attention! – alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes; que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.
Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là! Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.
Si quelqu’un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. Voici, je vous l’ai annoncé d’avance.
Si donc on vous dit: Voici, il est dans le désert, n’y allez pas; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles.

Chère paroisse !

Dans l’Évangile d’aujourd’hui il est question de la fin de deux royaumes : la fin du royaume juif vers 70 après Jésus-Christ et la fin du royaume de ce monde au jour dernier.

Il est à remarquer que l’évangéliste Matthieu (ainsi que Marc) associe les deux messages de Jésus ; il ne fait pas une distinction aussi nette que l’évangéliste Luc entre les paroles annonçant la fin de Jérusalem et celles sur la fin du monde. (Luc 21).

Pour bien comprendre cela, il est important que nous considérions chacune de ces choses séparément c’est-à-dire ce que Jésus enseigne sur la fin du royaume juif et ce qu’il enseigne sur la fin du monde.

Le Seigneur Jésus-Christ parle d’abord de la destruction de Jérusalem qui aura lieu 40 ans plus tard, en l’an 70.

Les chrétiens devaient le savoir à l’avance, y être attentifs et le moment venu prendre la fuite :

C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, – que celui qui lit fasse attention ! – alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ; que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.

Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais.

Là Christ parle prophétiquement de la destruction de Jérusalem et de tout le royaume juif.

Lorsque les Romains ont assiégé Jérusalem « la détresse était si grande », il se passa des choses horribles dans la ville meurtrie parmi la population affamée.

L’empereur Caligula aurait fait ériger sa propre statue dans le saint temple de Dieu pour se faire adorer comme dieu.

Il ordonna donc l’idolâtrie, ce n’est rien d’autre que de renier le vrai Dieu et persévérer dans l’incrédulité.

Dieu nomme cela « une abomination » et la sentence pour ces idolâtres c’est la damnation.

Car là il n‘ y a plus prédication du pardon des péchés, il n’y a qu’obscurité et absence de Dieu.

Mais là où il y a encore l’Évangile qui dit que nous ne devenons agréable à Dieu que par la foi en Christ, il y a encore la lumière et la vérité – même si chez ces croyants il y a des erreurs et des faiblesses.

Alors Dieu épargne et la punition a comme objectif d’amener à la repentance afin que les pécheurs reviennent à sa Parole et qu’ils reconnaissent l’erreur et le péché.

Mais là où la foi et l’enseignement du vrai Évangile sont traités avec mépris et ont cessé d’exister tout est perdu et il n‘ y a alors plus de protection contre la colère et la punition de Dieu.

C’est pourquoi Christ dit aux siens qu’ils doivent fuir lorsqu’ils voient les signes ; alors ils doivent se mettre immédiatement à l’abri et ne pas perdre de temps.

S’ils sont sur le toit plat de leur maison il ne doivent pas entrer à l’intérieur pour y chercher encore quelque chose mais fuir immédiatement en utilisant l’escalier extérieur.

De même celui qui est dans les champs doit fuir directement sans retourner auparavant à la maison.

Jésus dit ; « Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! » car en temps de guerre les femmes et les enfants sont dans la plus grande misère.

On rapporte que lors de la grande famine à Jérusalem des enfants ont été abattus pour être mangés.

« Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. »

Les juifs n’avaient pas le droit de parcourir de longs chemins pendant le Sabbat ; celui qui contrevenait était appréhendé et puni.

« Priez » – oui nous devons prier pour que Dieu bénisse les projets que nous entreprenons en accord avec sa volonté.

Ainsi dans la 4ème demande du Notre Père, Christ nous enseigne à prier « donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien » – ce qui inclus la paix, la santé, des amis fidèles c’est-à-dire toutes les choses nécessaires à l’entretien de cette vie.

Nous devons prier pour demander cela – au milieu d’un monde incroyant qui comparaîtra devant le tribunal de Dieu.

Oui nous devons être sûrs que Dieu nous accordera ce dont nous avons besoin pour notre corps et notre âme.

Christ dit : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. »

« …et qu’il n’y en aura jamais » de ces mots il ressort clairement qu’il parle ici du peuple juif et non pas du jugement dernier.

Des épidémies se sont propagées dans la ville ; il y avait une famine terrible et l’ennemi assiégeait la ville.

L’historien Flavius Josephe rapporte que dans la ville il y avait environ 3 millions de personnes ; beaucoup s’y était rendu pour la fête de Pâques ; environ 1 million de juifs y ont péri pendant le siège et 97 000 ont été fait prisonniers.

Christ dit que cela est arrivé : « parce que tu n’as point connu le temps de ta visitation. » (Luc 19, 44).

Si Dieu fait annoncer sa Parole de grâce à un peuple et que les gens la méprisent, la persécutent et continuent de s’adonner volontairement au péché et à l’impiété alors le châtiment divin s’abattra sur eux comme cela est dit au Ps. 89 :

« Si ses fils abandonnent ma loi et ne marchent pas selon ses ordonnances, s’ils violent mes préceptes et n’observent pas mes commandements, Je punirai de la verge leurs transgressions, et par des coups leurs iniquités. » (Ps. 89, 31 – 33).

Il en sera de même avant le jour du jugement dernier ; Christ dit après: « Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. »

Jusqu’ici Jésus a parlé au sujet des juifs mais ces paroles concernent aussi bien les juifs que la fin du monde.

« Les jours seront abrégés » – cela signifie que les afflictions et les détresses ne dureront pas trop longtemps à cause des croyants.

Certes une bataille comme celle du siège de Jérusalem ne se reproduira plus car Christ dit : « alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais », mais plus la fin du monde sera proche plus la détresse sera grande.

Il y aura surtout de grandes détresses spirituelles dont certaines se sont déjà réalisées : l’Antéchrist est apparu et dans le monde les gens se laissent séduire par de nombreuses religions et cultes.

La papauté romaine enseigne aux pécheurs à adorer Marie et les saints pour implorer leur aide et leur miséricorde et maintient les gens dans l’erreur en les laissant croire qu’ils pourraient se réconcilier avec Dieu par des œuvres méritoires – alors que la Parole de Dieu enseigne l’unique chemin de la grâce en la foi et que pour être sauvé tout mérite personnel est nul et non avenu.

Par conséquent nous devons être vigilants et nous laisser avertir par les signes du temps qui annoncent la venue de Christ pour le jugement dernier.

Les signes cités par Christ sont des épidémies, des catastrophes, de nombreux tremblements de terre, des inondations, des émeutes et des guerres.

Le Seigneur Dieu a donné une signification bien particulière à l’arc en ciel : à sa vue nous devons penser à la promesse faite par Dieu de ne plus punir la terre par une catastrophe semblable au déluge ; de la même manière Jésus donne une signification à certains événements dans la nature et aussi en ce qui concerne la foi pour que nous nous souvenions de son retour au jour du jugement dernier.

Ici, dans notre texte, il appelle l’attention sur des choses spirituelles et dit : « Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. »

Notre Seigneur dit encore : « Si donc on vous dit : ‚Le voici, il est dans le désert‘, n’y allez pas, ou : ‚Le voilà, il est dans un lieu secret‘, ne le croyez pas. »

« Il est dans le désert » signifie renoncement et fuite, abstinence et pauvreté.

De tels faux Christs prêchent l’ascétisme et la pauvreté, la solitude comme moyen pour arriver à la perfection et gagner le ciel.

« Il est dans un lieu secret » signifie eux seuls ont la clé de la Vérité, uniquement celui qui est avec eux bénéficie du salut.

Christ dit : « ne le croyez pas ! »

C’est pourquoi être vigilant ne consiste pas seulement à être attentif aux signes des temps et de nous faire penser au retour de Jésus, au jour du jugement dernier.

Être vigilant c’est aussi rester attacher à la Parole de Dieu, aimer l’entendre et l’apprendre et surtout mettre toujours son entière confiance dans le seul Sauveur et Rédempteur, en Jésus Christ, qui dit : « Tu m’as tourmenté par tes péchés, et tu m’as fatigué par tes iniquités. Pourtant c’est moi, moi qui efface tes transgressions à cause de moi-même, et je ne me souviendrai plus de tes péchés. » (Esaïe 43, 24 – 25).

Nous n’avons pas besoin de nous inquiéter ; en tout cela nous avons le Seigneur Jésus-Christ pour refuge et restons sous sa protection dans le royaume de Dieu car Jésus dit : « Quand ces événements commenceront à se produire, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance est proche.» (Luc 21, 28).

Alors que le jour du jugement dernier sera terrible pour les impies, ce sera pour nous un jour de grande joie, le jour du salut.…

Alors nous serons libérés de tout ce qui nous empêche ici de servir notre Seigneur, de ce qui nous fait souffrir et rend notre vie difficile. Toutes les conséquences du péché sur le monde et sur nous prendront alors fin : la souffrance et la misère, la maladie et la douleur, le dépérissement et la mort mais surtout toutes les adversités, les tentations, le péché du manque de foi, les doutes.

« Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. Là où sera le cadavre, là se rassembleront les vautours. »

Christ reviendra soudainement et à l’improviste pour le jugement et pour ramener les siens avec lui dans la gloire éternelle.

Christ apparaîtra non pas en un seul lieu mais de manière que tous les humains le voient – comme l’éclair qui illumine le ciel d’un bout à l’autre.

C’est pourquoi il dit : ne vous inquiétez pas ; pour sûr nous serons rassemblés : « Là où se trouve le cadavre, là se rassembleront les vautours. »

N’est-ce pas merveilleux que Christ parle de cadavre ?

Car Lui-même et sa Parole sont considérés en ce monde comme des lambeaux de cadavres qui se putréfient et disparaissent ; Christ et sa Parole sont méprisés et rejetés.

Et les siens sont considérés comme des vautours et corbeaux impurs qui aiment se réunir autour de ce cadavre méprisé.

Christ console : Ma communauté chrétienne sera avec moi. Même si la papauté, les musulmans et le diable sont très puissants, s’ils séduisent des gens pour les conduire à de fausses croyances, s’ils font rage et assassinent, ils ne pourront cependant pas toucher un seul cheveu de mes chrétiens qui restent fermement attachés à ma Parole.

Que le Seigneur nous accorde de rester jusqu’à notre fin dans sa communauté des saints dont il dit : « Je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne l’emporterons pas sur elle. » (Matth. 16, 18). Amen.

Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde vos cœurs et vos esprits en Jésus-Christ, pour la vie éternelle ! Amen.

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France