Sermon pour la Fête de Noël

Sermon pour la Fête de Noël sur Esaïe 9, 1. 6

Le peuple qui marchait dans les ténèbres Voit une grande lumière ; Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort Une lumière resplendit.

Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. Esaïe 9, 1. 6

Chère paroisse en Jésus-Christ !

L’apôtre Jean nous enseigne que « Jésus Christ est le vrai Dieu et la vie éternelle. » (1 Jean 5, 20).

Et Jésus lui-même dit : « Le Père et moi, nous sommes un.» (Jean 10, 30).

Jésus confirme avec force qu’il est Dieu devenu homme en montrant son omniscience et sa toute-puissance divines par des signes et des miracles.

Mais avant tout, Christ se révèle aux fatigués et chargés, aux désespérés et affligés comme le Dieu tout-puissant et pourtant si miséricordieux par ses paroles au sujet de la vie éternelle qui rendent heureux !

Le prophète Esaïe a déjà prophétisé à ce sujet sept siècles plus tôt.

Le Dieu miséricordieux a fait annoncer par lui à notre monde si plein de douleurs et si avide de consolation : «Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel … Mais les ténèbres ne régneront pas toujours sur la terre où il y a maintenant des angoisses … Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort une lumière resplendit … » (Esaïe 7, 14 ; 8, 23 ; 9, 1).

Et maintenant la divinité de Christ est exprimée très clairement avec les noms divins qui lui sont donnés dans la prophétie : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » (Esaïe 9, 6).

C’est pourquoi l’apôtre écrit au sujet de Jésus : « Dieu a été manifesté en chair » (1 Tim. 3, 16).

« Admirable » est un de ces noms de Dieu.

1. Il est la lumière admirable.
2. Il a une nature admirable et
3. Il réalise des œuvres admirables.

1. « Admirable » est son nom car il est la lumière admirable.

Esaïe annonce comment le Seigneur Dieu fait se lever sur ce monde perdu sa lumière de grâce avec la naissance du Sauveur des pécheurs : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort une lumière resplendit. »

Mais tout d’abord portons notre attention sur le peuple auquel le Sauveur devait paraître en premier.

Ce peuple vit « dans les ténèbres » et dans « l’ombre de la mort » (Matth. 4, 16) ; cela signifie que ce peuple est dans l’angoisse et subit le mépris à cause de son inimitié héréditaire envers Dieu ; il ne connaît pas l’espérance du salut éternel ; il est sans consolation et sans espérance ; il vit de manière impie dans le péché.

Comme nous l’apprenons il s’agit d’abord des tribus Zabulon et Nephtali, « la Galilée à la population étrangère ». (Esaïe 8, 23)

Ils avaient une frontière commune avec les Syriens et les Phéniciens ; le peuple juif s’est mélangé avec les païens en se mariant avec les étrangers et ils ont participé à leur cultes idolâtres.

Ils vivaient « dans les ténèbres » comme tant de millions de personnes dans le monde.

Ces ténèbres sont les mêmes que celles dans lesquelles se trouvent les hommes auxquels Dieu envoie l’apôtre en lui disant : « afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés ». (Actes 26, 18).

L’enfant Jésus est l’admirable lumière qui se montre à ceux qui vivent sous la puissance de Satan, comme Jésus enseignera : « Moi, la lumière, je suis venu dans le monde afin que quiconque croit en moi ne reste pas dans les ténèbres. » (Jean 12, 18).

Recevoir le pardon des péchés, être arraché de la puissance de Satan et venir à Dieu – ceci est la grâce de Dieu lorsque Christ vient à nous dans sa Parole.

Si àcette époque on avait demandé à un Juif ce qu’était la « Galilée des païens», il aurait certainement répondu : „Bei denen ist Hopfen und Malz verloren“ « A laver la tête d’un âne, l’on y perd sa lessive », ce qui signifie : se donner inutilement beaucoup de peine à vouloir corriger des personnes qui n’en sont pas capables.

Quand Jésus est venu de sa ville natale de Galilée les Juifs ont dit : « Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth ? » (Jean 1, 46).

Mais c’est justement ce peuple méprisé qui devait voir en premier la grande lumière de la grâce de Dieu ; à ces gens devait briller en premier l’admirable splendeur du Sauveur !

Cette prophétie a été accomplie comme le rapporte Matthieu : « (Jésus) vint habiter à Capernaüm, ville située près du lac, dans le territoire de Zabulon et de Nephthali, afin que s’accomplisse ce qu’avait annoncé le prophète Esaïe… » (Matth. 4, 13. 14)., puis Matthieu cite le texte de notre sermon.

Des gens de Galilée entendirent en premier son appel à la conversion : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche ! » (Matth. 4, 17).

Ils ont pu voir en premier sa grande lumière et entendre sa parole de grâce.

On pourrait être envieux des gens de Zabulon et Nephtali ; mais bien qu’ils aient été les premiers, ils n’étaient pas les derniers !

Christ dit : « Je suis la lumière du monde. » (Jean 8, 12a)..

Que le Fils de Dieu incarné ait donné à entendre sa Parole de Grâce en premier dans la « Galilée des païens » est le signe réconfortant qu’il est venu payer la dette du péché pour tous les humains qui sont tous coupables en ce monde et il leur dit à tous : « Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura au contraire la lumière de la vie.» (Jean 8, 12b).

Et Esaïe prophétise que Jésus Christ veut aussi être notre Sauveur à nous : « Un enfant nous est né, un fils nous est donné … »

Rappelons-nous comment l’eunuque éthiopien lisant le prophète Esaïe a demandé à Philippe : « Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ainsi ? Est-ce de lui-même, ou de quelque autre ? Alors Philippe, ouvrant la bouche et commençant par ce passage, lui annonça la bonne nouvelle de Jésus. » (Actes 8, 34 – 35). Et cet homme ne venait pas de la Galilée mais d’Afrique !

Le Fils de Dieu est né et venu non pas seulement pour ceux de Zabulon et Nephtali, pas uniquement pour ceux d’Israël mais pour tous les pécheurs : « pour détruire les œuvres du diable. » (1 Jean 3, 8).

« Lève-toi, brille, car ta lumière arrive et la gloire de l’Éternel se lève sur toi. Certes, les ténèbres recouvrent la terre et l’obscurité profonde enveloppe les peuples, mais sur toi l’Éternel se lèvera, sur toi sa gloire apparaîtra. Des nations marcheront à ta lumière… » (Esaïe 60, 1 – 3).

Voilà pourquoi le Seigneur Dieu illumina la contrée de Bethléem et que sa clarté resplendit autour des bergers lorsque l’ange leur dit : « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » (Luc 2, 10. 11).

Jésus Christ, le Sauveur des pécheurs, vient pour tous ; mais le saisissent avec grande joie uniquement ceux qui admettent qu’ils sont dans les ténèbres à cause de leur hostilité envers Dieu, ceux qui sont tourmentés par leur volonté pécheresse et leur mauvaise conscience.

L’admirable lumière de la grâce de Dieu brille là où on trouve la réputation comme celle donnée dans le proverbe : « A laver la tête d’un âne, l’on y perd sa lessive ! » (les personnes sont incapables de se corriger).

Combien de personnes pensent cela d’eux-mêmes !

Oui, Christ brille pour toi, toi qui es conscient de ta culpabilité, toi qui veux fuir et éviter le péché – et pourtant tu y retombes, toi qui voudrais souvent t’améliorer – et pourtant tu t’es à nouveau souillé en désobéissant à la sainte volonté de Dieu !

Peut-être que tu n’as pas fait assez d’efforts pour résister au péché ; tu as à nouveau consenti au lieu de lutter et prier !

Les enfants se sont rendus coupables envers les parents, les parents envers les enfants !

Tu as peut-être beaucoup de difficultés pour admettre des défaillances, pour faire le premier pas vers la réconciliation ! Ou cela te demande d’énormes efforts pour supporter avec patience les défauts d’autrui !

Peut-être l’étude de la Parole de Dieu s’est raréfiée dans ta vie et ta vie de prière s’est appauvrie !

C’est justement pour toi que, dans la Parole de Dieu, luit la lumière du Sauveur, Lui qui porte le nom d’«Admirable».

Si tu reconnais que dans toutes tes faiblesses spirituelles, dans tes penchants aux péchés, dans tes désirs de choses impures et dans tes défaillances seul un miracle peut te venir en aide alors : Dieu a envoyé pour toi celui qui se nomme « Admirable » et qui te vient admirablement en aide !

Saisis-le par la foi ! Ne prends plus les mauvais chemins tortueux ! Demande aide auprès de Lui dans tes faiblesses ! Lis et écoute plus souvent sa Parole et prie !

Jésus, notre Sauveur et Seigneur, veut chasser nos ténèbres, se charger de notre culpabilité et raffermir ceux qui sont découragés !

Là aucun être humain ne peut nous venir en aide, uniquement Dieu !

Et c’est précisément cela que la Parole de Dieu nous montre par le nom « Admirable »

2. Jésus Christ a une nature admirable

« Un enfant nous est né, un fils nous est donné … »

Dans l’étable de Bethléem nous voyons un nouveau-né, comme il y a des milliers dans le monde..

à David déjà, Dieu avait annoncé la venue de cet admirable descendant et a dit : « Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils. » (2 Sam. 7, 14).

« Un enfant nous est né… » Esaïe nous fait connaître ainsi la nature humaine du Sauveur, un enfant ordinaire selon son aspect visuel.

Mais il rajoute : « un fils nous est donné… ».

Son nature est unique : Il est le Fils de Dieu comme l’ange l’a annoncé aux bergers : « … aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. »

Le Sauveur nous est en tant que Fils de l’homme (comme Christ se qualifie lui-même), en tant que Fils de Dieu il nous est donné.

Cet enfant s’appelle à juste titre « Admirable » parce que Dieu est venu à nous, pécheurs, par un miracle : « Voici la vierge sera enceinte, elle mettra au monde un fils… » (Esaïe 7, 14).

Ici, Dieu a contourné l’ordre de la nature.

Lorsque la vierge Marie demanda à l’ange comment cela se fera-t-il ? car elle était fiancée et n’avait connu aucun homme, l’envoyé de Dieu dit : « Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi aussi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé le Fils de Dieu. » (Luc 1, 35).

Ainsi Dieu est entré dans notre monde par un miracle et s’est uni à notre humanité de façon admirable : l’enfant Jésus est en même temps vrai Dieu et vrai homme !

L’apôtre écrit : « en devenant semblable aux êtres humains. Reconnu comme un simple homme » (Phil. 2, 7), mais « … sans commettre de péché.  » (Hebr. 4, 15).

« C’est bien un tel grand-prêtre qu’il nous fallait : saint, irréprochable, sans souillure, séparé des pécheurs et plus élevé que le ciel. » (Hebr. 7, 26).

Il s’appelle « Admirable » parce que par sa nature aussi il est admirable.

Regardez la création de Dieu : l’immensité de la mer ; la majesté des montagnes ; la beauté des plantes, des couleurs et des formes ; les animaux grands et petits ; le soleil, la lune, les étoiles ; tous les miracles !

Ne sommes-nous pas obligés de dire chaque jour comme David : « Éternel, mon Dieu, tu as multiplié tes merveilles… nul ne peut être comparé à toi ! » (Ps. 40, 6).

Et maintenant regarde à Bethléem !

Vois l’enfant couché dans la crèche et écoute la jubilation de l’armée céleste : « Aujourd’hui il vous est né le Sauveur … Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, paix sur la terre et bienveillance parmi les hommes ! »

Venez à la crèche, contemplez le petit enfant ! Regardez ce miracle !

« Dieu devient homme, pour le salut des hommes ! Le Fils de Dieu s’unit à notre sang ! »

IL est l’infini, celui que le monde visible et les cieux invisibles ne peuvent saisir !

IL est le Tout-Puissant, celui qui a créé toutes les merveilles qui nous entourent – et ce faible enfant nouveau-né, sans défense, à l’allure insignifiante, extrêmement pauvre, couché dans la mangeoire c’est Lui !!

IL est le plus grand, le plus riche, le plus puissant – et il se trouve sur la poitrine d’une pauvre jeune fille de la tribu de David ; il se laisse porter, emmailloter par elle et protéger par son fiancé !

Les anges de Dieu, les chérubins et les séraphins, se tiennent devant lui les visages voilés et ne se lassent pas de crier : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! Toute la terre est remplie de sa gloire ! (Esaïe 6, 3) ; et « pour vous il s’est fait pauvre alors qu’il était riche, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis. » (2 Cor. 8, 9).

En Christ, Dieu révèle sa nature admirable « pleine de grâce et de vérité » (Jean 1, 14) et Il réalise

3. des œuvres admirables

« Un enfant nous est né, un fils nous est donné… On l’appellera Admirable… »

Dans ce texte il faut être attentif au petit mot « nous » ; la force réside en ce mot  ! Car tous les enfants qui naissent, naissent pour eux-mêmes ou pour leurs parents.

« Nous » – car même si mille enfants étaient nés mais pas pour nous et si ce n’était pas cet enfant , nous ne serions pas aidés !

Mais maintenant Dieu nous vient en aide car Christ accomplit des œuvres admirables !.

Esaïe avait prophétisé de lui : « alors les yeux des aveugles seront ouverts, et les oreilles des sourds s’ouvriront » (Esaïe 35, 5) et encore « tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir de prison le captif, et du cachot ceux qui habitent dans les ténèbres. » (Esaïe 42, 7).

Christ prouve sa puissance divine en guérissant des malades, en ressuscitant des morts et en menant à la merveilleuse liberté des enfants de Dieu ceux qui étaient prisonniers du règne des ténèbres de Satan – bref : en accomplissant des œuvres admirables.

Mais la plus admirable de toutes ses œuvres est celle-ci : « Et tout comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut aussi que le Fils de l’homme soit élevé afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelleDieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. » (Jean 3,14, 15, 17).

C’est pourquoi cette fête de Noël doit être pour chacun d’entre-nous à nouveau la fête de la paix avec Dieu et que nos âmes puisent la force et la confiance dans la miséricorde du Père céleste qu’il nous manifeste chaque jour en Christ.

Dieu nous a envoyé son admirable lumière de grâce lorsque nous étions dans les ténèbres de nos péchés, Il s’est humilié et a rejoint notre humanité de manière merveilleuse, Il a admirablement œuvré pour notre salut éternel, Il a expié notre culpabilité à notre place et a acquis pour nous l’accès à la vie éternelle…

C’est pour cela que cet enfant s’appelle « Admirable » !

Dieu prouve ainsi son insondable amour pour nous qui étions perdus, « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3, 16). Amen.


Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde vos cœurs et vos esprits en Jésus-Christ, pour la vie éternelle ! Amen.

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France