Sermon sur 2 Cor. 4, 6

Sermon du dernier dimanche après l’Épiphanie sur 2 Cor. 4, 6

Le texte du sermon:
Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a lui-même fait briller la lumière dans nos cœurs pour que (par nous) resplendisse la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ.

Chers frères et sœurs au nom de Jésus Christ !

Qu’un pécheur comme toi et moi soit accepté dans l’alliance de grâce de Dieu, que dans son cœur il y ait lumière et clarté par la foi en Jésus Christ, qu’il vive avec la puissance de Jésus jour après jour et jouisse de la miséricorde de Dieu dans le pardon des péchés, qu’il apprenne à vaincre de terribles asservissements et se réjouisse de la gloire éternelle de Dieu dans le royaume des cieux, tout cela il le doit uniquement à l’œuvre miséricordieuse de Dieu.

C’est ce que nous reconnaissons lorsque nous disons dans l’explication du troisième article du symbole des apôtres, le Credo : Je crois que je ne puis, par ma raison et mes propres forces, croire en Jésus-Christ, mon Seigneur, ni aller à lui. Mais c’est le Saint-Esprit qui m’a appelé par l’Évangile, éclairé de ses dons, sanctifié et maintenu dans la vraie foi.

Le texte du sermon parle de cela : « Car Dieu qui a dit : La lumière brille du sein des ténèbres ! a lui-même fait briller sa lumière dans nos cœurs … »

Ainsi leurs cœurs ont connu une grande joie quand les mages d’Orient sont venus à Christ, enfant nouveau-né.

Quand Jésus Christ rencontre ou apparaît à un être humain, c’est un jour où le Dieu Tout- Puissant appelle à Lui le pécheur parce qu’il veut le guérir ; Dieu lui offre la miséricorde, purifie sa mauvaise conscience et veut rendre son cœur fort et confiant.

Cette manifestation ou cette apparition de Christ se nomme en grec « Epiphanias ».

La fête de l’Épiphanie (ou la fête des Trois Rois) est passée.

Mais le Fils de Dieu devenu homme vient à nous encore et encore – et cela lorsque nous entendons sa Parole comme en ce moment.

Alors il veut aussi rendre forte notre foi et heureux notre cœur ; il veut que nous le suivions et que nous puisions dans sa richesse le courage de la foi et la force vitale afin que nous ne perdions pas de vue notre but éternel, le salut auprès de Lui dans le ciel.

C’est toujours l’action de Dieu qui mène un homme au salut et à la foi, à la confiance, à la force et à la consolation et surtout à la réconciliation avec Dieu, le prophète Esaïe l’a déjà prophétisée 700 ans avant la naissance de Christ : « Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, Et la gloire de l’Éternel se lève sur toi ! » (Esaïe 60, 1).

Et il a aussi prophétisé que les Rois Mages viendront de l’Orient : « Des nations marchent à ta lumière, et des rois à la clarté de tes rayons … Ils viendront tous de Séba ; Ils porteront de l’or et de l’encens, et publieront les louanges de l’Éternel. » (Esaïe 60, 3. 6b).
Ce que ces personnes ont connu en Jésus, beaucoup d’autres personnes ont aussi pu le recevoir depuis.

Par exemple le ministère des finances de l’Éthiopie, que nous connaissons sous l’appellation « l’Eunuque Éthiopien » : Lorsque Philippe lui eut annoncé le message de la grâce de Dieu, il est dit : « il continua son chemin plein de joie  ». (Actes 8, 39).

La volonté miséricordieuse de Dieu est que nous aussi nous « continuions notre chemin plein de joie », il dit : « Mets ton espérance dans le Seigneur ! Sois fort, que ton cœur soit courageux ! Mets ton espérance dans le Seigneur » (Ps. 27, 14).

Il veut te bénir afin que tu dises : « L’Éternel est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je peur ? L’Éternel est le soutien de ma vie : qui devrais-je redouter ? » (Ps. 27, 1).

Quelles que soient tes difficultés, les soucis qui t’oppressent, quel que soit le fardeau qui repose sur tes épaules :

Il y aura lumière et clarté là où le péché ne répand que ténèbres et perdition.

Là où règne l’hostilité innée à l’égard de Dieu, les cœurs seront illuminés par la claire lumière de la paix offerte par l’Évangile.

Comme ce Dieu qui brise le mur de notre culpabilité et tend la main au pécheur est miséricordieux !
C’est ce qu’enseigne notre texte de sermon : « Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a lui-même fait briller la lumière dans nos cœurs pour que par nous resplendisse la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ (2Cor. 4, 6).

Deux choses sont particulièrement importantes ici : c’est Dieu qui donne la lumière de la foi et c’est Dieu qui fait que la lumière continue à se répandre.

C’est Dieu qui donne la lumière de la foi.

Avant la venue du Christ, Israël avait été choisi par Dieu pour être le peuple de l’Ancienne Alliance, un petit peuple misérable, souvent las de la domination de Dieu, facilement séduit par l’idolâtrie des influents peuples voisins.

Le Sauveur devait venir d’Israël, un descendant de la famille de David.
Par la volonté miséricordieuse de Dieu Israël était en ce temps là particulièrement favorisé.

Pour cette raison le Sauveur ordonna à ses apôtres d’apporter la Bonne Nouvelle d’abord au peuple juif.
Quand les apôtres ont reçu de plus en plus de refus, ils ont dit : « C’était à vous d’abord que la parole de Dieu devait être annoncée mais, puisque vous la rejetez et que vous vous jugez vous-mêmes indignes de la vie éternelle, nous nous tournons vers les non-Juifs. » (Actes 13, 46).

Tout comme certains juifs avaient accepté Jésus-Christ comme leur Sauveur, maintenant aussi des personnes des peuples étrangers, non juifs, sont devenus les enfants de Dieu par la foi,.

C’était par exemple Lydia de Philippes, une ville grecque.

Par l’apôtre Paul elle a entendu que Jésus l’a aussi réconciliée avec Dieu par son sacrifice sur la croix – et que s’est-il passé quand elle a entendu l’évangile ?  « … le Seigneur lui a ouvert le cœur … » (Actes  16, 14) .

Chaque fois qu’un homme pécheur entend la parole de Dieu au sujet de Jésus, son Rédempteur, le Saint-Esprit veut ouvrir son cœur afin que la lumière brillante de la paix avec Dieu puisse luire en lui.

Paul écrit : « En effet, le Dieu qui a ordonné que la lumière brille du sein des ténèbres a aussi fait briller sa lumière dans nos cœurs . »

Au premier jour de la création, Dieu, l’Éternel, a dit sa parole toute-puissante: «Que la lumière soit !  et la lumière fut. » (Gen. 1, 1 et suiv.), il en est de même aussi pour la conversion d’un pécheur.

Dans les deux cas il n’y a pas de lumière avant, il règne les ténèbres.

Avant les paroles « Que la lumière soit » la terre naissante était enveloppée par l’obscurité, il en est de même avec l’humanité qui s’est détournée du Dieu véritable et vit dans les ténèbres de l’hostilité envers son créateur.

La bible en parle en ces mots : « Puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. (Rom. 1, 21).

Tout comme personne d’autre que Dieu n’a pu chasser les ténèbres lors de la création, aucun homme n’est capable de tourner son propre cœur vers Dieu par sa propre volonté.

Les paroles de l’apôtre nous montre que le péché n’est pas de la rigolade !

L’inimitié innée envers Dieu est notre perte !

L’hostilité héréditaire envers Dieu empêche l’homme de venir à Dieu, elle rend impossible toute velléité de se tourner vers Dieu !

Nous, êtres humains, nous sommes livrés corps et âmes à la merci de Dieu – même si beaucoup de personnes vivent comme si Dieu et la mort n’existaient pas, comme s’ils vivraient ici pour toujours et qu’ils pouvaient décider de tout eux-mêmes.

« Le péché est la perdition des peuples » (Prov. 14, 34).

Et cela n’inclut pas uniquement les conséquences terrestres du péché comme la maladie, la souffrance, la mort, les conflits, les guerres, mais le péché conduit les personnes à la perdition éternelle !

Si donc l’homme est incapable de faire le moindre pas vers Dieu, il est encore plus impuissant de lutter contre l’aspiration qui l’entraîne dans la perdition !

C’est ici que nous réalisons de manière particulièrement claire combien compatissant est Dieu qui entre dans le monde perdu et vient vers ceux qui sont perdus !

Jésus dit : « Je suis venu dans le monde, moi qui suis la lumière, afin que quiconque croit en moi ne demeure point dans les ténèbres. » (Jean 12, 46).

Par conséquent ce n’est pas sans importance quand Dieu vient à une personne avec son message de grâce, car c’est alors qu’il montre par sa lumière le chemin qui sauve de la damnation éternelle.

C’est un moment particulièrement précieux..

Alors il est dit :« Voici, c’est maintenant le temps vraiment favorable ; c’est maintenant le jour du salut. ! » (2Cor. 6, 2) et « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur. » (Hebr. 4, 7).

Car si Dieu ne donne pas la grâce qui mène à la repentance, alors l’homme n’a pas la moindre chance de se repentir !

Voilà pourquoi le jour où Dieu vient à une personne dans sa Parole, ce jour est un «jour de salut» ou un «temps de grâce».

Ce n’est pas notre bon résultat mais le don de Dieu lorsque nous chrétiens, nous pouvons dire : « dans notre cœur il y a la brillante lumière de la foi. »

« Car Dieu qui a dit : Du milieu des ténèbres brillera la lumière, a lui-même fait briller la lumière dans nos cœurs … »

Oui, « Dieu nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde … » (Tite 3, 4 et suiv.)
La foi salvatrice dans le cœur d’un homme est l’œuvre créée par Dieu.

Lorsqu’un homme croit en Jésus comme son Sauveur et Rédempteur alors c’est un acte miséricordieux de Dieu qui l’aime.

Cette connaissance nous voulons aujourd’hui à nouveau nous la faire rappeler par la Parole de Dieu ; ô combien la foi dans laquelle nous nous trouvons est précieuse ! – et combien il est particulièrement appréciable de pouvoir entendre ou lire la Parole de Dieu !

Notre foi est un cadeau offert par Dieu ; nous devons nourrir la foi et l’entretenir, la protéger et la conserver pour ne pas la perdre !.

C’est pourquoi Paul écrit juste après le verset de notre prédication: « Nous avons ce trésor dans des vases de terre [pouvant casser] … » (2Cor. 4, 7).

Mais comment cette précieuse foi salvatrice peut-elle être perdue ?
Un chrétien pourrait tomber dans une fausse impression de sécurité en pensant qu’il connaît suffisamment la parole de Dieu et n’en a pas besoin régulièrement.

Il pourrait s’habituer au péché parce que le péché lui plaît – et l’impénitence élimine finalement la foi de son cœur.

Il pourrait s’attacher à des gens impies qui le conduiront un jour à se détourner de Dieu et de la Parole de Dieu.

Le diable connaît de nombreuses manières pour atteindre cet objectif !

Mais si nous savons maintenant que la foi salvatrice dans le Sauveur est un bijou rare, dont découle la vie ou la perdition éternelle, alors ô combien devrions nous être soucieux de ne pas perdre la foi et ne pas la compromettre par des péchés intentionnels !

Aussi l’apôtre encourage: « Mettez en œuvre votre salut avec crainte et tremblement. » (Phil. 2, 12).

Cela signifie : Soyez préoccupé de votre salut ! Redoutez et tremblez afin de ne pas perdre à nouveau votre précieuse foi !

Cela signifie aussi : Écoutez et méditez la Parole de Dieu aussi souvent que possible.

Christ dit : « Mes brebis écoutent ma voix … et elles me suivent. » (Jean 10, 27).

Mais parce que certains deviennent rapidement trop sûrs et pensent qu’ils en savent déjà assez sur la Parole de Dieu, Dieu nous a donné dans le troisième commandement la ligne de conduite : Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.

Autrement dit : c’est la volonté explicite de Dieu que, sauf situation urgente, nous ne devons manquer aucun culte, et que chacun devrait avoir à cœur de vouloir mieux comprendre la Parole de Dieu.

Dans la vie chrétienne, il y a bien souvent des moments où notre culpabilité nous oppresse profondément et où, dans notre vie, nous remarquons notre manque d’obéissance ; cela peut nous amener à douter de la miséricorde de Dieu.

A ce moment là il est particulièrement important de se rappeler que Dieu « a aussi fait briller sa lumière dans notre cœur » et qu’il la renouvelle encore et encore.

D’une part, nous sommes des enfants rachetés de Dieu, et d’autre part, nous sommes des pécheurs et par faiblesse nous tombons chaque jour dans le péché.

Là Jésus s’avère être le Sauveur des pécheurs, le médecin des malades, le consolateur des affligés, le soutien des faibles !

Il n’y a pas d’autre condition : Reçois de sa main grâce et consolation ! Fuis le péché ! Et Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé (Actes 16, 31).

N‘est-ce pas vraiment une « lumière brillante » qu’Il nous a donnée ainsi dans nos cœurs : « Jésus-Christ est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés » (1 Jean 2,  2). « Il est notre paix »(Eph. 2, 14).

Mais il n’est pas seulement notre paix à nous, pas seulement la victime expiatoire pour nos péchés à nous « mais aussi pour ceux du monde entier » (1Jean 2, 2).

Il « a lui-même fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. »
C’est Dieu qui offre la lumière de la foi et …

2. C’est Dieu qui fait que la lumière continue à se répandre

Pierre, Paul et les autres apôtres étaient des témoins remarquables de Christ car ils l’ont vu et entendu.

Paul écrit : « Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour que par nous resplendisse la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. »
Nous aussi nous avons le droit, oui le devoir de porter la précieuse lumière de l’Évangile dans ce monde plein de ténèbres.

Christ dit : « Je suis la lumière du monde ! » (Jean 8, 12) et il charge les siens de : « proclamer la bonne nouvelle … Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé » (Marc 16, 16).

C’est pourquoi il nous dit aussi : « Vous êtes la lumière du monde » (Matth. 5, 14), lorsque nous continuons de l’annoncer Lui et sa Parole de Grâce.

Nous pouvons prendre cette Parole qui crée la vie et ainsi apporter sa lumière à ceux qui sont perdus !

Que le Seigneur Jésus Christ nous accorde à nous aussi de dire comme les apôtres : « Nous ne pouvons pas ne pas annoncer ce que nous avons vu et entendu. » (Actes 4, 20). Amen.

Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde vos cœurs et vos esprits en Jésus-Christ, pour la vie éternelle ! Amen.

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France