Sermon sur Luc 11, 24 – 28 (Dimanche Invocavit)

Sermon sur Luc 11, 24 – 28

Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va dans des lieux arides, pour chercher du repos. N’en trouvant point, il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti ; et, quand il arrive, il la trouve balayée et ornée. Alors il s’en va, et il prend sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première.

Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui t’a porté ! heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! Et il répondit : Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent !

Chers frères et sœurs en Jésus Christ, notre Seigneur !

Nous lisons dans l’Évangile de Luc : « Lorsque le temps où il devait être enlevé du monde approchait, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. » (Luc 9, 51).

Cela signifie : Quand le temps où Christ devait souffrir, mourir et à nouveau ressusciter était venu, il alla résolument à Jérusalem.

Là nous reconnaissons quelque chose de très important, à savoir que notre Rédempteur va pleinement conscient et volontairement au devant de sa passion et de sa mort,.

Ceci est important parce qu’il a fait tout cela pour nous : il accepte les douleurs et les souffrances, les moqueries et les blasphèmes, oui il va à la mort parce qu’il nous aime profondément, toi et moi, et ainsi il ouvre la voie qui nous donne accès à la paix avec Dieu et nous débarrasse du lourd fardeau de notre culpabilité envers Dieu.

Christ le dit à ses disciples et à nous aussi : « Jésus prit les douze auprès de lui, et leur dit : Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l’homme s’accomplira. » (Luc 18, 31).

En d’autres termes : C’est pour notre délivrance que l’Éternel Dieu a décidé tout ce qui arrive maintenant – par pure bonté et miséricorde.

Dieu a fait annoncer et prêcher tout cela par les prophètes durant des centaines d’années avant la naissance de Jésus Christ,

La Parole de Dieu résume pourquoi Jésus Christ a fait tout cela pour nous en ces mots : « Or, le Fils de Dieu est précisément apparu pour détruire les œuvres du diable. » (1 Jean 3, 8).

« Les œuvres du diable » – qu’est-ce que c’est ?

Le diable est un ange déchu de Dieu qui cherche à détruire la création de Dieu et le bon ordre établi par Dieu.

La grande œuvre à savoir l’acte terrible du diable c’est que dans son hostilité envers Dieu il a séduit tous les humains en les entraînant dans son hostilité envers Dieu et les a enchaînés avec le péché.

Depuis que les premiers hommes ont consenti à ces liens diaboliques contre Dieu, les humains naissent avec le venin de la méchanceté dans leur cœur et transmettent ce poison à leurs enfants.

Le Fils de Dieu, Jésus Christ, est venu pour détruire ces œuvres du diable et lui enlever son pouvoir.

Il l’a fait en se livrant à la place des hommes et en rachetant leur culpabilité par ses souffrances et sa mort.

Christ a pris la place des humains.

Quand tu vois comment il est tenté au mal par le diable dans le désert, comme le rapporte l’Évangile, alors tu dois savoir : c’est à ma place qu’il endure cela.

Lorsque le diable m’incite à dérober, à mentir, à frauder, je suis souvent bien trop faible.

Pas Jésus !

Jésus a surmonté les tentations au mal sans commettre de péché – sans penser, sans parler, sans faire le mal – non pas pour lui, mais pour moi !

Son combat est ma victoire.

La bible dit : « Il a été tenté en tout point comme nous, mais sans commettre de péché. » (Hébr. 4, 15).

Christ détruit les œuvres du Diable de deux manières : par sa vie à notre place et par ses souffrances à notre place.

Nous recevons tout cela par la foi.

Tous ceux qui acceptent Christ qui est leur Sauveur et Seigneur, qui lui font confiance, qui croient en lui, sont délivrés des chaînes qui donnent le pouvoir au péché, sont réconciliés avec Dieu, sont en paix avec Dieu.

L’homme pécheur accède à cet état de paix avec Dieu, en écoutant la Parole de Dieu et, ce faisant, apprend à faire confiance à Christ et se fait baptiser.

Dieu offre au pécheur sa grâce par sa Sainte Parole, par le Baptême et la Sainte Cène.

Tu es baptisé. Tu mets ta confiance en Christ. Il est ton Seigneur et tu es en relation avec Lui tous les jours – en écoutant sa Parole et par la prière.

Mais tu n’es pas encore au ciel, tu n’es pas encore sorti de la zone de danger ; tu subis encore des attaques et tu dois lutter.

La Parole de Dieu dit : « Soyez sobres, restez vigilants : votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer. Résistez-lui avec une foi inébranlable. » (1Pierre 5, 8).

Christ dit :  « Combats le bon combat de la foi ! » (1 Tim. 6, 12).

De quelle manière devons-nous lutter pour ce « bon combat de la foi » ?

Où trouvons-nous la protection efficace et comment Dieu nous vient-il en aide ?

C’est ce que Christ nous montre dans le récit que nous venons d’entendre.

Il montre que Satan ne connaît jamais de pause :premièrement Satan veut nous éloigner de Christ et deuxièmement seule la Puissance de Dieu peut nous en préserver.

1. L’ennemi veut nous éloigner de notre Seigneur Jésus Christ

Christ dit : « Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme … » – cela signifie lorsque le diable a perdu le pouvoir sur un homme, quand un pécheur est devenu chrétien.

Cela se passe pour certains lorsque, petits enfants, on les porte au baptême, pour les adultes lorsqu’ils entendent et acceptent la Parole de Dieu du pardon des péchés et se font alors baptiser.

Es tu un enfant de Dieu ?

Crois-tu que tu es une personne perdue et condamnée ?

Crois-tu que Christ a payé ta dette et t’a réconcilié avec Dieu ?

Lui dis-tu dans la faiblesse de ta foi et dans ton doute : « Je crois, Seigneur, viens au secours de mon incrédulité ! » (Marc 9, 24 » ?

Et crois-tu ce que Dieu te dis : « Ne crains pas, car je t’ai racheté, je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi. » ? (Esaïe 43, 1).

Alors tu es certainement un enfant de Dieu !

Alors ton nom figure « dans le livre de vie » (comme le dit la Parole de Dieu).(Phil. 4, 3).

Mais alors tu te trouves aussi sur la liste des ennemis du diable !

Il n’a pas de repos car il veut à nouveau t’arracher de Christ !

Il sait combien il est important que tu lises et entendes la Parole de Dieu !

C’est pourquoi il te rend paresseux et peu enclin à entendre la Parole de Dieu !

Il te susurre ce n’est pas si important de lire la méditation à la maison, de venir régulièrement au culte.

Il sait combien il est important que tu pries.

C’est pourquoi il te rend paresseux pour prier.

Pour le diable il est important que tu commettes le péché car les péchés sont les liens avec lesquels il t’enchaîne afin que tu n’obéisses plus à la juste volonté de Dieu.

Il sait aussi que les chrétiens s’entraident dans leur lutte contre lui.

C’est pourquoi il sème la discorde entre eux, afin qu’un chrétien évite l’autre et ne lui fasse plus confiance.

Il répand la suspicion afin que les personnes soient en désaccord et ne suivent plus ensemble leur Sauveur.

Bref, le diable est enragé lorsqu’une personne abandonne son royaume, lorsqu’un pécheur vient à Jésus par la foi.

Donc ne t’étonne pas si dans ta foi tu subis de nombreuses attaques, si tu es assailli par les tentations au mal, au péché.

Tu remarques que Dieu le Saint Esprit a implanté dans ton cœur la volonté de vivre selon la Parole de Dieu et de lutter contre le péché

Et tu remarques qu’un autre t’incite à ne pas lutter contre le péché mais à t’y adonner et à le commettre volontiers  !.

C’est ce qu’exprime Jésus en disant : « Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va dans des lieux arides, pour chercher du repos. N’en trouvant point, il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti. »

Satan te désigne par : « ma maison d’où je suis sorti. »

Il n’est donc pas étonnant lorsque des chrétiens subissent de terribles tentations : le diable les considère comme une splendide résidence d’où il a été chassé et dans laquelle il aimerait tellement retourner !

« Et, quand il arrive, il la trouve balayée et ornée… »

En effet lorsque le diable a été obligé de quitter la place, le Saint Esprit a admirablement décoré et orné le cœur du pécheur au moyen de la foi.

La parure c’est la foi que Dieu t’a offerte, l’amour pour Dieu que le Saint Esprit a allumé en toi, l’amour envers ton prochain afin que tu aides et souhaites que chacun, même ton ennemi, croit en Christ et soit aussi sauvé. .

C’est pourquoi Satan cherche des renforts pour lutter contre toi : « Alors il s’en va, et il prend sept autres esprits plus méchants que lui … »

Là tu vois comme il est important pour toi de lutter en connaissance de cause – contre le désir de pécher que tu portes encore en toi.

Il est vital pour ta vie de chrétien de lutter contre la paresse et le manque d’intérêt pour la Parole de Dieu car la Parole de Dieu est la source de ta force !

Si tu restes en contact étroit avec ton Sauveur et Seigneur en faisant un usage assidu de sa Parole et de la prière, alors le diable se heurte à un mur inébranlable chez toi !

A celui qui s’éloigne de plus en plus de la Parole de Dieu, il arrive ce que Christ dit : « Alors il s’en va, et il prend sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. »

Dit crûment : il y a un effet yo-yo ; si une personne cède alors ce sera pire qu’avant.

Satan ne peut rien faire si le chrétien reste à Jésus Christ et sa Parole ; ainsi il est entre les mains et sous la protection de Christ.

Satan ne prend possession d’un cœur humain que si la personne le permet, que si elle lui laisse la possibilité de s’emparer d’elle.

Jésus dit : « Mes brebis écoutent ma voix, je les connais et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle. Elles ne périront jamais et personne ne pourra les arracher à ma main. » (Jean 10, 27. 28).

Nous voulons bien retenir cela : Satan n’a jamais de repos. Il veut nous arracher à Christ.

2. Seule l’aide de Dieu est notre protection.

Dans le Nouveau Testament il est dit : « Nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Eph. 6, 12).

Et notre Seigneur avertit : « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ! » (Matth. 26, 41).

Ce n’est pas le pouvoir humain, ce ne sont pas la sagesse, le bon sens et la prudence qui peuvent nous protéger des assauts rusés de Satan si nous abandonnons l’étroite relation avec notre Seigneur !

Dans notre texte il est dit : « Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui t’a porté ! heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! Et il répondit : Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! » (verset 27, 28).

C’est merveilleux (pensait la femme) lorsqu’une mère a un fils tel que lui ; il attire tant les regards, tant d’adeptes le rejoignent, il vient en aide à chacun !

Mais Christ montre ce qui est plus nécessaire que cela, à savoir écouter la Parole de Dieu et la garder dans son cœur.

Les objectifs les plus précieux dans une vie humaine ne sont pas la gloire terrestre, pas le prestige et l’honneur, pas même l’argent et les biens.

Ce que tu peux avoir de plus précieux dans ta vie ce sont le pardon des péchés et la Parole de Dieu qui te propose et te donne ces richesses de Dieu.

C’est pourquoi le Seigneur dit : «  Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ».

La Parole de Dieu est le rocher sur lequel l’homme doit construire sa vie afin qu’il accède au ciel et qu’il ait déjà ici-bas l’ami et l’allié le plus puissant qui soit.

Le savoir humain est ici totalement inutile ! – la Parole de Dieu dit : « Ne vous prenez pas pour des sages ! » (Rom. 12, 16).

Uniquement la puissance de Dieu, la Parole de Dieu, le Sauveur divin peuvent nous protéger des attaques rusées du Diable – pas un savoir intellectuel, pas un savoir-faire exemplaire, aucun humain et aucun saint.

Car aux paroles de la femme : « Heureux le sein qui t’a porté ! heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! » le Seigneur répond : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »

Ce qui est essentiel c’est « d’écouter et de garder » !

Ne te laisse pas troubler si tu remarques des défauts ou des insuffisances chez tes frères chrétiens, des imperfections chez celui qui te prêche la parole de Dieu – ils sont tous des pécheurs tout comme toi.

Sois attentif à ce que te disent tes frères chrétiens ou ton pasteur au sujet de ce qui est spirituel.

Il y a beaucoup de gens aimables, doués et affables qui ne te disent pas la Parole de Dieu, qui te sont peut être plus sympathiques que tel ou tel frère chrétien qui pourtant te vient en aide avec la parole de Dieu.

Parce que beaucoup ne savent pas que Dieu leur parle à travers un être humain ; ils regardent plutôt l’homme lui-même, l’apprécient et louent sa mère plus que Dieu – comme la femme dans l’Évangile.

Bénis et glorifie Dieu, si tu as encore une personne de qui tu peux entendre la Parole de Dieu ou avec qui tu peux parler de la Parole de Dieu !

Car tous les malheurs de la terre, tels que le terrorisme, les épidémies, la guerre, la faim, etc., ne sont rien à côté du malheur qui s’abat lorsque Dieu ne nous parle pas, ne laisse plus entendre sa Parole dans un pays !

Et c’est un malheur encore plus grand Dieu si Dieu parle avec nous, que nous pouvons entendre la Parole de Dieu mais que nous la méprisons, que nous devenons ingrats et lassés !

Ne permets pas que Satan, l’ennemi maléfique, t’asservisse ; mais laisse-toi dominer par Dieu et sa Parole  : « Car on devient esclave de celui par lequel on est vaincu. » (2 Pierre 2, 19).

Christ vient à ton secours ; il te dit : «  Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ». Amen.

Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde vos cœurs et vos esprits en Jésus-Christ, pour la vie éternelle ! Amen.

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France