Sermon pour le troisième dimanche après l’Épiphanie

Sermon sur Ésaïe 60, 1 + 2
Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l’Éternel se lève sur toi. Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples ; mais sur toi l’Éternel se lève, sur toi sa gloire apparaît.

Au nom de Jésus, chère paroisse !

« Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l’Éternel se lève sur toi. »

La lumière doit éclairer l’obscurité qui s’est abattue sur l’humanité à cause de son hostilité à Dieu. Telle est la bonne et miséricordieuse volonté de Dieu !

Quant à la relation de l’humanité avec Dieu, l’humanité qui s’est éloignée de Dieu ne pourrait jamais, au grand jamais être claire et lumineuse si Dieu n’était pas venu à son secours !

Les ténèbres de l’hostilité envers Dieu se sont répandues sur notre monde depuis la chute dans le péché et ont obscurci tous les peuples.

Personne ne peut « par sa raison et ses propres forces » retrouver la lumière, la paix avec Dieu, la vie et le bonheur éternel,

L’hostilité innée contre le Créateur, contre sa parole et contre sa volonté a pénétré les cœurs comme un poison.

Le diable entraîne les gens dans un cercle infernal afin qu’ils recherchent la lumière et la liberté dans ce monde déchu, oui Satan lui-même se déguise en « ange de lumière ».( 2 Cor. 11 ? 14).

Cela se passe comme l’écrit l’apôtre Paul à la communauté de Corinthe : « Vous savez que, lorsque vous étiez païens, vous vous laissiez entraîner vers les idoles muettes, selon que vous étiez conduits. » (1 Cor. 12, 2).

Certains sont conduits par le diable à pratiquer des habitudes impies et idolâtres, à accepter les tendances et l’esprit du moment.

D’autres ne voient aucun moyen pour sortir de leur misère et sombrent dans la frustration et le désespoir.

La conséquence de cet éloignement de Dieu est exprimée par le fils d’Adam, Caïn, le meurtrier de son frère : « Mon châtiment est trop grand pour être supporté. » ( Gen. 4, 13). Autre traduction (Fillion) « Mon iniquité est trop grande pour que j’en obtienne le pardon. »

C’est pure bonté et grâce de notre Créateur que la lumière puisse encore paraître, comme le prophète Ésaïe dit : « Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples ; mais sur toi l’Éternel se lève, sur toi sa gloire apparaît. »

« Sur toi… », il s’agit ici d’abord du peuple de l’ancienne alliance, d’Israël, au milieu duquel le Seigneur Dieu a envoyé ses prophètes, a fait proclamer sa Sainte Parole et d’où devait venir le Sauveur.

Jean écrit : « les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière » (Jean 3, 19). Quand Jésus est venu dans ce monde, ce n’était pas différent d’aujourd’hui.

Quand Christ est né, il n’y avait qu’un petit «Israël spirituel» ; peu de gens attendaient dans la foi le Sauveur promis.

Même si la Parole de Dieu proclamée par les prophètes avait déjà rétabli la clarté, la grâce de Dieu a totalement ôté la chape des ténèbres dans la nuit sainte : « Il vous est né le Sauveur ! » (Luc 2, 11).

« Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. » (Gal. 4, 4. 5).

Les premiers à rendre hommage au Sauveur nouveau-né ont été les bergers, c’est-à-dire des Juifs.

Mais peu après, des non-Juifs ou des «Gentils» comme nous, sont venus vers l’Enfant Jésus et l’ont adoré.

Nous avons entendu le récit à ce sujet dans l’Évangile.

Les astronomes venus d’orient (peut-être trois parce que nous entendons parler de trois cadeaux) connaissaient également les paroles de Dieu.

Dieu les avaient conduits avec sa Parole et avec une étoile nouvelle.

Comment cela ?

Environ 550 ans plus tôt, le peuple d’Israël avait été emmené en captivité en Babylonie, une punition de Dieu pour grave désobéissance.

Dans sa grâce le Seigneur Dieu y avait envoyé les prophètes Ézéchiel et Daniel.

Ils devaient annoncer aux prisonniers pénitents la parole de grâce de Dieu, à savoir le pardon de leurs péchés et l’espoir de la liberté.

Ainsi, la foi en un seul Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob n’était pas inconnue en Babylonie, car en captivité, les prophètes de Dieu prêchaient et il y avait des Juifs qui croyaient en la parole de Dieu.

Le prophète Ézéchiel a proclamé la gloire future du royaume du Christ (Éz. 40-48) et le prophète Daniel a prophétisé sur le royaume éternel du Messie (Dan. 7-12).

Ainsi nous lisons par exemple dans Daniel : « Le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit … et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme … Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit … Le règne, la domination, et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux, seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront. » (Dan. 2, 44 ; 7, 13. 14 ; 7, 27).

Une autre prophétie : « Je le vois, mais non maintenant ; je le contemple, mais non de près. Un astre sort de Jacob, un sceptre s’élève d’Israël. » (Nomb. 24, 17).

Durant la captivité à Babylone, les prophètes et les prédicateurs ont également proclamé les promesses de Dieu déjà connues jusque-là : Dieu enverrait le Sauveur des pécheurs par exemple celle donnée à Adam et Eve (du Messie qui écrasera la tête du serpent, le diable, Gen. 3, 15) ou selon le prophète Ésaïe : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » (Ésaïe 9, 6).

Les rois mages (encore appelés sages) connaissaient sans aucun doute ces paroles de Dieu ; et quand ils ont vu la nouvelle étoile inhabituelle, ils sont partis parce qu’ils savaient que ce que Dieu a annoncé par les prophètes d’Israël c’est désormais produit en Judée.

Ainsi ils sontvenus à Jésus
… dont l’apôtre Jean enseigne : « C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. » (1 Jean 5, 20).

« Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici, l’étoile qu’ils avaient vue en Orient marchait devant eux jusqu’à ce qu’étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant, elle s’arrêta. Quand ils aperçurent l’étoile, ils furent saisis d’une très grande joie.Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. » (Matth. 2, 9-11).

Leur foi est basée sur la Parole de Dieu et n’achoppe pas sur la pauvreté qu’ils trouvent maintenant.

Ces personnes pieuses ne sont pas décontenancées par cela ; affermies par l’Esprit de Dieu et par la Parole de Dieu, ils ont dominé la tentation, le ressassement et la méfiance de la raison humaine.

Il en est aussi ainsi aujourd’hui : L’endroit ne se trouve pas là où la raison humaine estime découvrir la vérité de Dieu. Aujourd’hui aussi, la gloire de Dieu se trouve enveloppée dans de simples langes, elle est discrète et méprisée par le monde.

« Quand ils aperçurent l’étoile, ils furent saisis d’une très grande joie… »

Cela se produit toujours lorsque, par la Parole de Dieu, le cœur d’une personne est libéré de l’égarement produit par la raison, par la séduction et par la fausse foi et qu’elle parvient à la connaissance de la vérité claire de l’Évangile.

Luther dit : « Mais partout où l’évangile est prêché, brille cette étoile, il y a certainement le Christ, tu trouveras certainement l’église, que ce soit en Turquie, en Russie, en Bohême ou n’importe où. »

Car l’évangile qui nous conduit, nous pécheurs, à Christ est un enseignement réconfortant qui nous mène de notre fausse conviction à la confiance en la grâce de Dieu – même si nous trouvons les biens célestes de Dieu enveloppés dans de simples langes, dans l’humilité et le mépris.

Ils ont trouvécelui qui, alors qu’ils étaient perdus et condamnés, les a rachetés, les a délivrés du péché, de la mort et de la puissance du diable.

Par la foi, les mages appartenaient au peuple de Dieu ; ils se sont prosternés et ont adoré le Sauveur qui en raison de la foi leur a offert ce en quoi ils étaient pauvres.

Comme ces gens devaient être heureux et reconnaissants d’avoir été près du Sauveur !

Déjà lorsqu’ils ont à nouveau aperçu l’étoile, ils avaient été saisis d’une très grande joie.

Maintenant leur joie était sans mesure !

C’est ainsi pour celui qui se laisse amener à Christ, son Rédempteur par la Parole de Dieu, par leSaint Évangile !

Dieu a fait annoncer cet événement par l’intermédiaire d’Ésaïe, comme le dit le texte de notre sermon : « Des nations marchent à ta lumière, et des rois à la clarté de tes rayons… Ils viendront tous de Séba ; ils porteront de l’or et de l’encens, et publieront les louanges de l’Éternel. »

Mais Ésaïe prophétise non seulement au sujet des mages de l’Orient, mais aussi à notre sujet, car les mages n’étaient que le commencement.

Sont venus comme eux en la foi par exemple, la femme grecque de Syrophénicie, qui a supplié Jésus de venir en aide à sa fille, (Marc. 7, 26) et tous les chrétiens non-israélites qui, par la prédication des apôtres, ont reconnu et cru plus tard en Jésus-Christ le Sauveur du monde.

Comme l’écrit Paul à la communauté de Colosses :« Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous. » (Col. 3, 11).

Même à l’époque de l’Ancienne Alliance, des païens appartenaient au peuple de Dieu par la foi : le le général syrien Naaman, la prostituée Rahab, des gens de Ninive.

Depuis lors, au fil des siècles, la foule n’a cessé de grandir ; l’apôtre leur dit : « Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ». (Gal. 3, 26).

Et nous, chers sœurs et frères, nous sommes parmi eux !

Oui, Ésaïe enseigne au sujet de cette foule, qui est en fait « l’Église du Nouveau Testament » : « des nations marchent à ta lumière, et des rois à la clarté de tes rayons. Porte tes yeux alentour, et regarde : Tous ils s’assemblent, ils viennent vers toi ; tes fils arrivent de loin, et tes filles sont portées sur les bras. Tu tressailliras alors et tu te réjouiras, et ton cœur bondira et se dilatera, quand les richesses de la mer se tourneront vers toi, quand les trésors des nations viendront à toi. »

La lumière et la joie jailliront partout où ce message de grâce de Dieu est lu, prêché et entendu.

Alors : « Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. » (Jean 12, 36).

Par la prédication de l’Évangile, Dieu crée des lieux de lumière où Dieu offre le pardon et la paix en Christ.

Là se réalise encore et toujours pour le simple pécheur l’ancienne promesse : « Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l’Éternel se lève sur toi. »

Partout où la lumière de Dieu brille dans sa parole, les pécheurs ont le droit de se décharger de leur fardeau et devenir enfants de Dieu.

Là, la vraie lumière, Jésus-Christ, dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » (Matth. 11, 28).

En vertu de la parole qui agit sur eux dans le baptême ou qu’ils entendent à l’âge adulte, ils sont réconciliés avec Dieu dans la foi en Christ et ainsi sauvés de la damnation éternelle.

Dieu a fait ce grand miracle en nous tous.

Maintenant, dans la foi, nous appartenons à Christ qui dit : « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » (Jean 8, 12).

Christ veut que tout le monde soit aidé, c’est pourquoi il dit : « Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. » (Jean 12, 46).

Que cette grâce est grande, nous aussi nous avons le droit d’en faire partie !

« Quand ils aperçurent l’étoile (à savoir lorsqu’ils entendirent la Parole de Dieu) ils furent saisis d’une très grande joie. » : ceci est aussi valable pour nous.

Je suis accablé de transgresser encore si souvent la sainte volonté de Dieu ; mais la Parole de Dieu m’apprend que je reste cependant l’enfant de Dieu et que le Seigneur me pardonne tous mes péchés quotidiennement.

« Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités. Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent ; autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos transgressions. » (Ps. 103, 10-12).

Et quand tu te rends compte que tu pèches beaucoup chaque jour, et combien tu es dur, sans amour, impitoyable, avec au fond de ton cœur un ressentiment secret , et que tu en es attristé, le SEIGNEUR te dit : « Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s‚ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. » (Ésaïe 1, 18).

Christ nous maintient dans sa grâce, nous guide et nous gouverne avec son Saint-Esprit et nous conduit à travers cette vie avec l’étoile brillante de l’Évangile – vers le Royaume éternel des Cieux.

Aussi : « Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l’Éternel se lève sur toi… » Amen.

Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, garde vos cœurs et vos esprits en Jésus-Christ, pour la vie éternelle ! Amen.

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France