Sermon sur „Christ dans l’Ancien Testament“ (3e partie)

Texte du sermon : Genèse 1, 1 – 3 || Jean 1, 1 – 3

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut.

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle.

ML/MB Walch2 XI,154ff. zum Evangelium am 3. Christtag, Joh. 1,1-14

Tout ce que les apôtres ont enseigné est déjà révélé dans l’Ancien Testament, comme l’enseigne Paul au début de la lettre aux Romains : « l’Évangile de Dieu avait été promis auparavant de la part de Dieu par ses prophètes dans les saintes Écritures. » (Rom. 1, 2).

Parce que le Nouveau Testament n’est rien de plus qu’une révélation de l’Ancien Testament.

C’est pourquoi les pères ont dit :

Le Nouveau Testament est caché dans l’Ancien, l’Ancien Testament est révélé dans le Nouveau.1

Ainsi nous lisons dans le Nouveau Testament, au début de l’Évangile de Jean : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. » (Jean 1, 1 et suiv.)

Et dans l’Ancien Testament, au début des Écritures, dans le premier livre de Moïse : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut. » Gen. 1, 1 – 3).

Après le titre : « Au commencement, Dieu créa la terre et les cieux », Moïse relate comment le Seigneur Dieu a créé toutes choses – comme il a créé la lumière. De quelle manière ? « et Dieu dit … » donc par sa simple parole.

Dieu a une parole qui crée toutes les créatures. Ainsi sa parole précède toutes les créatures.

Lorsque Dieu dit : « Que la lumière soit ! » alors la parole précède la lumière.

La lumière est quelque chose qui est créée, la parole est quelque chose de divin.

Si la « Parole » précédait toutes les créatures et qu’elles ont toutes été créées par cette « Parole », alors la « Parole » est une chose autre qu’une créature, autre que ce qui est créé.

La « Parole » était déjà là avant que toutes les choses n’aient leur commencement. « La Parole » est au-dessus de toutes les créatures, au-dessus de tous les temps. Le temps et la créature n’ont leur existence, que par « la Parole » ! « La Parole » n’est pas temporelle, elle est éternelle.

« La Parole » n’est pas une créature, c’est donc Dieu. Parce qu’en dehors de tout ce qui a été créé, il n’y a que Dieu !

La Parole et celui qui la prononce ne sont pas qu’une seule personne mais deux personnes. Celui qui parle n’est pas la parole, mais la parole vient de celui qui la prononce.

Ainsi, par l’enseignement de Moïse, nous arrivons à la conclusion qu’il y a deux personnes dans la divinité. Mais Dieu est un, comme il est écrit : « Écoute, Israël !l’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel. » (Deut. 6, 4).

Les Saintes Écritures s’adressent à nous avec des mots simples et elle nous enseignent de grandes choses de manière claire et intelligible : en un seul Dieu, il y a deux personnes.

Luther écrit : « Comme si nous avions maintenant la vraie mine d’or ici en Moïse, d’où est tiré tout ce qui est écrit au sujet de la divinité du Christ dans le Nouveau Testament.“ 2

Au sujet du Saint Esprit nous lisons : « Lesprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. » (Gen. 1, 2).

« L’esprit de Dieu » doit donc aussi être une chose différente de celui qui produit ce souffle.

Ainsi, ici, dans les deux premiers versets de Moïse, nous trouvons la révélation de la Sainte Trinité : un Dieu, trois personnes.

Mais maintenant nous parlons de « Christ dans l’Ancien Testament » et entendons dans le Nouveau : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » (Jean 1, 1 – 3).

« La Parole était avec Dieu. » Au commencement il n’y avait rien d’autre en dehors de Dieu. Mais Jean différencie les personnes : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu »

N.B. Parce que la raison humaine comprend certes que Dieu est un, mais ne peut pas comprendre qu’il y a trois personnes en un seul Dieu, sont apparus les faux enseignements d’Arius qui a dit que « la Parole » était certes une personne, mais elle a été créée. (Ce que rejette notre symbole de Nicée avec les mots : « Jésus-Christ Dieu de Dieu, Lumière de Lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, qui n’a pas été fait mais engendré ».)

et l’hérésie de Sabellius, qui dit que le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont une seule personne.

« La Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. »

Il n’y a qu’un seul Dieu. La Parole était avec l’unique Dieu. Parce qu’il n’y a qu’un seul Dieu, mais que la Parole était avec lui, ainsi la Parole et Dieu sont un.

C’est pourquoi l’apôtre enseigne : « La Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. »

Elle était avec Dieu et pourtant Dieu était la Parole.

L’apôtre dit que les deux sont vrais : Dieu est la Parole et la Parole est avec Dieu .

Un seul être divin et pourtant pas une personne unique.

Ce sont les versets sur lesquels est fondée notre foi chrétienne. Nous devons nous y tenir. Parce que la raison humaine ne peut pas comprendre que trois personnes soient en Dieu, et chacune de ces personnes est parfaitement le Dieu unique. Pas trois Dieux mais un !

Luther dit : « Si tu ne veux pas tomber dans le filet de l’ennemi maléfique, renonce à leur raisonnement et leur réflexion et reste attaché à ces paroles divines ; pénètres-y et restes-y comme un lièvre dans son gîte. Si tu te promènes en dehors et que tu écoutes les bavardages humains, l’ennemi te conduira et finira par te faire tomber, de sorte que tu ne sauras plus tu en es avec la raison, la foi, Dieu et toi-même … Crois-moi … ce n’est pas sans raison que nous sont données les Écritures. »3

Et l’apôtre enseigne encore : « Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. »

Toutes choses sont faites par ELLE, par « la Parole », par le Fils de Dieu fait homme « lorsque le temps était accompli ».

Parmi les choses qui ont été faites, il n’y a pas une seule qui se serait produite sans lui.

Mais LUI-même n’est pas fait, n’est pas créé.

IL est un avec le Père. C’est pourquoi il est dit : « Tout est fait par lui » et « Tout est créé par Dieu ».

Dieu a créé le monde merveilleux et admirable comme un ouvrage monumental de sa toute-puissance, sa sagesse et sa bonté.

Oui, « Tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction … » et l’apôtre continue en disant : « afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Écritures, nous possédions l’espérance. » (Rom. 15, 4).

Dans ce qui a été écrit avant la venue du Christ, nous devons puiser la patience pour notre vie ici-bas et, par-dessus tout, la consolation dans toutes nos tribulations et afflictions.

Dans les souffrances du temps présent, Dieu veut que nous restions fermement attachés à notre espérance chrétienne pour notre salut et notre félicité éternelle. (Rom. 8, 18).

C’est pourquoi il nous révèle ce qu’aucun être humain ne peut connaître et apprendre par la raison : l’origine et le commencement de toutes choses.

Ainsi nous lisons dans la Parole de Dieu : « Par la foi, nous comprenons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, de sorte que le monde visible n’a pas été fait à partir des choses visibles ». (Héb. 11, 3).

Parce que nous connaissons Dieu, et bien plus, parce que nous sommes tous enfants de Dieu par la foi en Jésus-Christ (Gal. 3, 26), le récit de la création du monde nous procure une riche consolation car le Dieu Tout-Puissant est notre père qui nous aime et qui veille sur nous.

Pas un quelconque être supérieur, dont nous ne saurions rien d’autre, pas le pouvoir de l’amour ou une sagesse extraterrestre, mais le Dieu trinitaire bien connu de nous par les Saintes Écritures.

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » (Jean 1, 1 – 3).

Un autre verset enseigne que cette Parole créatrice est le Christ lui-même : « Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » (Jean 1, 14).

Et l’apôtre Paul enseigne : « Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. » (Col. 1, 15 et suiv.)

Dans notre texte nous avions aussi entendu : « et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux » – la troisième personne de la divinité, le Saint-Esprit, a aussi participé à la création.

Nous lisons dans le psaume : « Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel, et toute leur armée par le souffle de sa bouche … Car il dit, et la chose arrive ; Il ordonne, et elle existe. » (Ps. 33, 6. 9).

Notre monde est l’œuvre du Dieu trinitaire par sa simple parole.

Il n’a pas créé le monde et le cosmos en un instant comme il aurait certes pu le faire.

Il lui a plu de tout créer en six jours, c’est pourquoi nous disons aussi les « six jours de la création ».

Même si notre raison veut se rebeller contre cela, nous le croyons parce que Dieu nous l’enseigne dans sa Parole.

Parce que Dieu nous l’enseigne, nous croyons qu’il a créé toutes les choses en six jours ordinaires.

Car dans Exode nous lisons : « Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage … Car en six joursl’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour. » (Ex. 20, 9 et suiv. + 11).

Cette parole nous montre comment nous devons comprendre « jour » dans le récit de la création – et le 4ᵉ jour Dieu a aussi créé le soleil et la lune.

En premier Dieu a fait paraître la terre à partir de rien, c’est-à-dire les matériaux de base dont toutes choses sont faites, mais la terre « était informe et vide »(en hébreu tohuwabohu), encore en désordre.

Après, Dieu a organisé ces masses désordonnées.

Il a créé la lumière et a séparé l’obscurité de la lumière, et ainsi il y eut la nuit et le jour.

Puis Dieu a créé la terre et le ciel naturel, les herbes et les arbres, le soleil, la lune et les étoiles, les animaux aquatiques, les oiseaux, tout le bétail et les vers et enfin l’être humain.

Dieu a béni chacune de ses créatures vivantes et leur a donné le pouvoir de se multiplier selon leur espèce.

Nous voulons nous en tenir à cette Parole de Dieu claire et sans ambiguïté et ne pas nous laisser induire en erreur par des apparences de sagesse et des philosophies trompeuses : « Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. » (Col. 2, 8).

Le psaume dit : « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains. Le jour en instruit un autre jour, la nuit en donne connaissance à une autre nuit. Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles dont le son ne soit point entendu. » (Ps. 19, 2-4).

En fait, l’homme ne peut nier l’existence de Dieu parce que : « Les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. » (Rom. 1, 20).

L’homme peut reconnaître les traces de Dieu – nous ne nous plaçons pas non plus devant la cathédrale de Cologne pour trouver par nous-même le nombre d’années qu’il a fallu pour obtenir une telle hauteur. Nous croyons les rapports qui mentionnent le nombre d’années durant lesquelles des constructeurs intelligents étaient au travail. Mais, quand on observe la cathédrale, on ne peut pas se rendre compte de leur tempérament ; étaient-ils bienveillants ou impitoyables, féroces ou sociables ?

De même, dans la création, l’homme ne peut que reconnaître la toute-puissance de Dieu.

Le récit de la création ne permet pas à l’homme de connaître le Dieu miséricordieux, s’il n’entend pas le saint évangile du Sauveur des pécheurs, Jésus-Christ.

Mais pour nous, qui avons été amenés à la foi salvatrice en Christ par le Saint-Esprit, le récit de la création est un pur sermon de consolation.

Là, de chaque verset, la toute-puissance, la sagesse et l’amour de notre Père céleste rayonnent vers nous.

En Christ, IL nous a acceptés comme ses enfants bien-aimés et, par pure grâce, il nous a attirés vers lui par la parole de la croix.

IL est venu à notre secours dans notre plus grande détresse et nous a réconcilié avec lui-même.

IL a le pouvoir sur tout. Il peut aider dans toutes les détresses ! Il connaît les voies et les moyens !

Quand tous les conseils humains sont incompétents alors Dieu vient, ouvre les portes, donne la force, relève et soutient.

Et nous avons sa puissante promesse : « Je vais créer de nouveaux cieux et une nouvelle terre ; On ne se rappellera plus les choses passées, elles ne reviendront plus à l’esprit. Réjouissez-vous plutôt et soyez à toujours dans l’allégresse, à cause de ce que je vais créer. » (Ésaïe 65, 17. 18).

Notre espoir repose sur cela et nous disons : « Nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera. » (2 Pierre 3, 13). Amen.

1Novum Testamentum in Vetere latet. Vetus Testamentum in Novo patet. (Luther III, 1882.1884.)

2W2 XI, 158 §11

3W2 XI, 164 §26

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France