Sermon sur Ésaïe 35 : 1-10 – Pour l’Avent

Le texte du sermon :

Le désert et le pays aride se réjouiront ; La solitude s’égaiera, et fleurira comme un narcisse.
Elle se couvrira de fleurs, et tressaillira de joie, avec chants d’allégresse et cris de triomphe ; la gloire du Liban lui sera donnée, la magnificence du Carmel et de Saron. Ils verront la gloire de l’Éternel, la magnificence de notre Dieu. Fortifiez les mains languissantes, et affermissez les genoux qui chancellent ; Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage, ne craignez point ; voici votre Dieu, la vengeance viendra, la rétribution de Dieu ; Il viendra lui-même, et vous sauvera. Alors s’ouvriront les yeux des aveugles, s’ouvriront les oreilles des sourds.

Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet éclatera de joie. Car des eaux jailliront dans le désert, et des ruisseaux dans la solitude ; Le mirage se changera en étang et la terre desséchée en sources d’eaux ; Dans le repaire qui servait de gîte aux chacals, croîtront des roseaux et des joncs. Il y aura là un chemin frayé, une route, qu’on appellera la voie sainte ; Nul impur n’y passera ; elle sera pour eux seuls ; Ceux qui la suivront, même les insensés, ne pourront s’égarer. Sur cette route, point de lion ; Nulle bête féroce ne la prendra, nulle ne s’y rencontrera ; Les délivrés y marcheront. Les rachetés de l’Éternel retourneront, ils iront à Sion avec chants de triomphe, et une joie éternelle couronnera leur tête ; L’allégresse et la joie s’approcheront, la douleur et les gémissements s’enfuiront.

Chère paroisse !

L’Éternel Dieu a inclus de nombreuses merveilles dans sa création.

L’une d’elles est celle-ci : Dans les régions plus au sud, il existe de vastes zones de steppe et de désert. Le soleil brûle, la terre est asséchée, l’air scintille de chaleur, le vent pousse la poussière devant lui en nuages ​​épais.

Mais un jour, arrive la pluie et pénètre dans le sol paraissant mort par la sécheresse. Peu après, ici et là, l’herbe pousse jusqu’à ce qu’un voile vert tendre recouvre la terre. De-ci, de-là, de petites fleurs sortent leur tête et peu de temps après, le vert tapis est parsemé de merveilleuses couleurs.

C’est précisément ce miracle du Créateur bienveillant que nous trouvons ici dans ce passage du prophète Ésaïe. La Parole de Dieu décrit ainsi, dans une prophétie, l’état de l’église du Nouveau Testament.

« Le désert et le pays aride se réjouiront ; la solitude s’égaiera, et fleurira comme un narcisse ; elle se couvrira de fleurs, et tressaillira de joie, avec chants d’allégresse et cris de triomphe ; la gloire du Liban lui sera donnée, la magnificence du Carmel et de Saron. Ils verront la gloire de l’Éternel, la magnificence de notre Dieu… Le mirage se changera en étang et la terre desséchée se changera en sources d’eaux ; dans le repaire qui servait de gîte aux chacals, croîtront des roseaux et des joncs. » (Ésaïe 35, 1, 2, 7).

Le grand miracle se produit car alors le Sauveur promis est venu et sa Parole de grâce est proclamée : Là où il n’y avait que de l’hostilité envers Dieu, que la vie dans le péché et la désobéissance, là verdit et fleurit maintenant la foi et produit les fleurs et les fruits les plus magnifiques. Ésaïe annonce le temps au sujet duquel l’apôtre écrit : « Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. » (Gal. 4, 4-5).

C’est le temps où l’Évangile du Sauveur des pécheurs pénètre avec une clarté incomparable, avec une grande puissance dans les coins les plus reculés du monde et dans le cœur des hommes.

Ce temps ne s’arrêtera pas pour les croyants en Christ : Dans la foi en Christ, ils vont dans le royaume éternel de Dieu après leur vie ici-bas.

« Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif, (c’est-à-dire ils ne souffriront plus d’aucune pénurie) et le soleil ne les frappera point, ni aucune chaleur (c.-à-d. il n’y aura ni tribulation, ni persécution, ni détresse). Car l’agneau (c’est-à-dire Christ) qui est au milieu du trône les paîtra et les conduira aux sources des eaux de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. » (Apoc. 7, 16-17).

En raison des promesses de Dieu dans la bible nous proclamons: « Nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera. » (2 Pierre 3, 12).

Maintenant, parce que nous vivons dans cette période merveilleuse, on pourrait dire : nous sommes encore mieux lotis que le prophète Ésaïe ou les patriarches Abraham, Isaac et Jacob ! Oui c’est bien vrai !

Ne lisons-nous pas en l’épître de Pierre au sujet de ce désir des croyants de l’Ancien Testament :

« Les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l’objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l’époque et les circonstances marquées par l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d’avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies. » (1 Pierre 1, 10. 11).

Et pourtant, les croyants de l’Ancienne Alliance avaient tout ce dont ils avaient besoin pour le salut : Ils avaient les merveilleuses promesses réconfortantes du Sauveur à venir. Ils mettaient leur confiance en Lui. Grâce à lui parce qu’il s’est donné en sacrifice sur la croix, ils ont reçu le pardon des péchés, la force divine de vivre, un puissant réconfort dans la mort et la vie éternelle.

Nous lisons beaucoup à ce sujet dans l’Ancien Testament : au sujet

  • Du Sauveur à venir : « Alors viendra la consolation pour toutes les nations. » (Aggée 2, 8.) « Et voici comment on l’appellera :Le Seigneur est notre justice. » (Jér. 33, 16).
  • Du pardon des péchés : « Même si vos péchés sont couleur cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige. »(Esaïe 1, 18a).
  • « Mais tu m’as tourmenté par tes péchés, tu m’as fatigué par tes iniquités. C’est moi, moi qui efface tes transgressions pour l’amour de moi, et je ne me souviendrai plus de tes péchés. » (Ésaïe 43, 24b. 25).
  • De la résurrection des morts : « Mais tes morts revivront et leurs cadavres se lèveront. » (Ésaïe 26, 19).
  • De la vie éternelle : « Mais les saints du Très-Haut recevront le royaume (ils s’en empareront), et ils posséderont le royaume éternellement, d’éternité en éternité. » (Daniel 7, 18.).

Voyez, Ésaïe prophétise ici de la splendeur et de la gloire du Fils de Dieu devenu homme en comparant cette œuvre miraculeuse de Dieu avec le miracle du désert devenu vert et fleuri.

Qui est, par exemple, une telle personne dans le Nouveau Testament que nous avons d’abord perçu comme un désert desséché et mort – et qui, par l’Évangile, est devenu un merveilleux arbre vert ? Saul que le Christ a fait devenir l’apôtre Paul.

Ne pourrions-nous pas placer notre nom ici nous aussi ? et dire avec lui :

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! … En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce … » (Eph. 1, 3. 7).

Dans notre passage de la Bible, Dieu fait annoncer encore plus par le prophète.

Cette promesse divine devait également montrer au peuple de l’Ancien Testament comment le Messie, le Christ, sera reconnu lorsqu’il entrera dans ce monde :

– il guérira les aveugles, les sourds, les paralysés, les muets,

– par lui les péchés seront pardonnés et les âmes réconfortées,

– oui, il préparera un chemin par lequel des personnes impurs deviendront purs et des gens pris au piège de l’impiété parviendront à la connaissance de choses divines et à la sagesse dans la foi.

Et ensuite, nous entendons dans quel but tout cela se produit et ce que le Messie accomplira pour l’humanité : « Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage, ne craignez point ; voici votre Dieu, la vengeance viendra, la rétribution de Dieu ; Il viendra lui-même, et vous sauvera. » (Ésaïe 35, 4).

Ésaïe dit à ceux qui sont désespérés à cause de leurs péchés : « Voici votre Dieu ». 

Le Prophète avait déjà annoncé auparavant comment il vient : « Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils » (Ésaïe 7, 14) et finalement : « Un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » (Ésaïe 9, 6).

Dieu lui-même vient à nous parce que nous, pécheurs, ne pouvons pas aller à lui.

Dieu entre dans ce monde par pure grâce : par un miracle du Très-Haut, une vierge devient enceinte et donne naissance à un fils.

Ésaïe dit de lui : « La vengeance viendra. » 

La vengeance, la punition, la réparation s’exercent par ceux qui ont subi un préjudice, ceux à qui, par exemple, on a dérobé quelque chose de précieux, ceux qui ont été victimes d’une tromperie.

Dieu vient pour la vengeance, pour s’opposer à la grande infamie du diable ; Dieu vient en Christ pour réparer cela.

Le diable a entraîné par tromperie l’humanité dans le péché et l’hostilité envers Dieu.

Satan a causé la perdition de l’humanité par la chute dans le péché et par l’éloignement d’avec Dieu et a infligé à l’humanité des dommages immenses.

Il est celui qui a causé la misère dans ce monde, toutes les détresses et c’est à cause de lui que la mort s’est abattue sur la création.

C’est pourquoi Dieu dit : « Car un jour de vengeance était dans mon cœur, et l’année de mes rachetés est venue. » (Esaïe 63, 4).

Lorsque le précurseur du Christ est né, son père Zacharie a dit par le Saint-Esprit :  « Comme le Seigneur, le Dieu d’Israël,l’avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens : Un Sauveur qui nous délivre de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent ! » (Luc 1, 70. 71)

Et le Seigneur Christ confirme : « Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable. » (1 Jean 3, 8).

Nous, nous sommes incapables de nous libérer des liens des puissances diaboliques, du péché, de la mort, de la damnation.

C’est pourquoi Dieu s’est fait homme en Christ et est venu à nous !

Mais le diable ne s’est pas contenté de séduire seulement Adam et Eve.

Jusqu’à aujourd’hui il trompe des personnes et les déchaïne – non seulement il les amène à détruire l’ordre divin : il les utilise également pour effrayer, persécuter et assassiner continuellement les enfants de Dieu dans ce monde.

Cela a commencé avec le meurtre d’Abel par son frère Caïn et cela se poursuit durant toute l’histoire du monde.

Depuis lors, d’innombrables souffrances et de grandes injustices envahissent partout le monde.

Si les enfants de Dieu en sont victimes ; ils entendent dans la Parole de Dieu : « Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit :À moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. » (Rom. 12, 19) et « Car la colère de l’Éternel va fondre sur toutes les nations, et sa fureur sur toute leur armée : Il les voue à l’extermination, Il les livre au carnage. » (Esaïe 34, 2).

Lorsque nous pensons aux nombreux chrétiens qui ont été tourmentés et assassinés à cause de leur foi, Dieu nous dit : « Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage, ne craignez point ; Voici votre Dieu, la vengeance viendra. » (Ésaïe 35, 4).

La consolation pour tous les chrétiens tourmentés par le diable c’est que leur Seigneur leur rend justice : Il a vaincu le diable et a définitivement anéanti tous les ennemis des chrétiens.

C’est pourquoi les enfants de Dieu doivent être courageux et non craintifs.

Pourquoi dit-il seulement : « Dites à ceux qui ont le cœur troublé » ?

Il accorde la consolation seulement à ceux qui la désirent et qui le suivent.

Mais aux autres il leur fait connaître les conséquences de leur chemin et leur annonce la colère et la perdition.

Peut-être seront-ils effrayés et ensuite poussés à se repentir.

Comme il est dit dans le catéchisme, la loi et la colère de Dieu doivent être prêchées aux hommes fiers et sûrs, mais la consolation doit être prêchée à ceux qui ont le cœur troublé.

Et Ésaïe annonce à ces derniers : « Voici la rétribution de Dieu ; Il viendra lui-même, et vous sauvera. »

Toutes les misères qui ont déferlé sur notre monde après la chute se résument en ces mots : « Le péché est la honte des peuples. » (Prov. 14, 34).

Le danger reste grand tant que nous vivons ici-bas.

Il est vrai que nous sommes changés en une nouvelle créature par la grâce de Dieu en Christ et par la foi nous appartenons au Royaume de Dieu.

Mais l’ennemi se tient en embuscade ! Il tient le péché dans ses mains comme des filets pour nous attirer vers lui et ainsi nous lier à nouveau.

Satan fait tomber les uns dans l’autosatisfaction en leur montrant des gens qui vivent dans des péchés bien pires que les leurs et les rassure avec cela.

Aux autres il montre des personnes d’apparence meilleure et leur chuchote : Tout est perdu avec toi !

Mais notre Père céleste fidèle vient en aide dans les deux cas.

À ceux qui croient être justes par eux-mêmes, Dieu proclame sa loi implacable: « Si vous ne vous repentez pas, vous mourrez dans vos péchés ! Repentez-vous et croyez à l’Évangile ! » 

À ceux qui sont désespérés et découragés il dit : « Ayez courage, ne craignez point ! Votre Dieu vient et il vous sauvera ! »

Oui, Jésus me vient en aide et il vient à moi avec tout ce qu’il est et ce qu’il a.

Il dit qu’il est le médecin – je dois être très malade pour que le Fils de Dieu se penche si profondément vers moi pour m’aider !

Il dit qu’il est venu vers moi pour que je puisse être sauvé – ô combien je suis perdu pour que le Dieu éternel se propose de prendre sur lui tant de souffrances et de tourments afin que je puisse atteindre la vie éternelle !

Combien terrible et cruel doit être l’enfer ! Combien grand et incommensurable doit être son amour pour moi pour qu’il devienne si pauvre et si petit !

Combien je suis infiniment précieux à ses yeux pour qu’il endure tant, me suive et ne veut pas me laisser – jusqu’à ce que je le suive.

Oui c’est vrai : « Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage, ne craignez point ! Voici la rétribution de Dieu. Il viendra lui-même, et vous sauvera. »

Une lutte acharnée a fait rage sur la croix pour toi et ton âme !

Sur la croix, Christ a porté toute la culpabilité de tes péchés sur ses épaules et a accompli l’expiation : Dieu Lui a fait payer tes péchés.

Dieu a fait annoncer par ses prophètes que le Christ vient pour « chercher et sauver ce qui était perdu. » (Luc 19, 10).

Nous vivons au temps de l’accomplissement et pouvons lire comment le Seigneur Dieu a tenu toutes ses promesses dans la fidélité et la bonté.

Comme c’est vrai : « Car, pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c’est en lui (en Jésus)qu’est le oui ; c’est pourquoi encore l’Amen par lui est prononcé par nous à la gloire de Dieu. » (2 Cor. 1, 20).

« Par nous à la gloire de Dieu. » – oui c’est ce que nous voulons : louer et honorer Dieu pour notre rédemption, car nous sommes maintenant ses enfants et c’est certain que nous sommes sauvés en croyant au Seigneur Jésus ! Amen.

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France