Sermon sur la sanctification

Sermon sur Hébreux 12 : 14

Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

Au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, chers frères et sœurs !

Les Écritures enseignent deux types de sanctification. La première sanctification c’est que par la miséricordieuse volonté et par la grâce de Dieu nous devenons chrétiens.

Dans la lettre aux Hébreux il est dit : « C‘est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. » (Hebr. 10, 10).

Dans ce sens la sanctification c’est l’appel et la justification par lesquels Dieu nous sépare, nous pécheurs, du monde et nous prend dans son royaume.

Mais Dieu appelle maintenant ses chrétiens à s’abstenir chaque jour de tout mal, à savoir du péché, par exemple : « Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité. » (1 Thess. 4,3).

D’abord nous sommes sanctifiés – c’est une œuvre unique de Dieu en nous.

Et par la suite nous devons rechercher la sanctification – là nous avons quelque chose à faire à l’aide de la puissance que Dieu nous offre.

Nous sommes passifs lors de la première sanctification et dans la sanctification quotidienne nous devons être actifs : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Rom. 12, 2).

Le verset du sermon ne dit rien d’autre : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. »

Celui qui est sanctifié est ainsi sauvé par Dieu et est héritier de la gloire éternelle ; mais celui qui persiste alors dans le péché, qui ne s’en repent pas, celui qui au contraire aime le péché et l’excuse, perd la foi salvatrice et s’exclut de la grâce et n’est pas sauvé.

Notez bien :

La base solide, le seul fondement de notre salut, est résumée dans ces paroles de la bible: « Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi » (Rom. 3, 28). .

Nous sommes « gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » (Rom. 3, 24).

Nous ne pouvons être vraiment sûrs de notre salut éternel que si nous ne plaçons pas notre espérance dans nos bonnes œuvres, dans notre piété, dans notre fidélité ou dans nos sacrifices.

Considérons encore davantage le verset : « Recherchez … la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur »

Avant tout, il y a la sanctification première. Dieu en fait don par miséricorde à travers l’évangile, à travers le message de la grâce en Christ : « En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce … » (Eph. 1, 7).

→ là « saint » signifie que Dieu lui-même t’a sorti du royaume du diable et t’a libéré de la puissance du péché.

Tu es sauvé, délivré, racheté de tous tes péchés, de la mort et de la puissance du diable – « racheté par le sang de Christ », «libéré du péché », « arraché du royaume du mal „.

Avant cela personne n’est saint – seulement celui qui s’est laissé aider par Christ, celui qui alors a la foi dans le Sauveur et qui dit : « Moi et ma vie sur cette terre n’ont aucune valeur. Seul ce que Christ m’a donné est digne d’amour. »

« Christ s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. » (Tite 2, 14).

C’est ici que commence la sanctification quotidienne.

→ Là, « recherchez la sanctification » signifie vivre en chrétien et s’appliquer de toutes ses forces à ne pas consentir au péché – et là où je constate que je commets le péché je m’en détache rapidement et concrètement.

La sanctification par Dieu du pécheur et la sanctification quotidienne qui lui succède sont résumées dans ce verset : « Nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. » (Eph. 2, 10).

Si quelqu’un « recherche la sanctification », il est toujours soucieux de vivre selon la volonté du Dieu saint et de le servir en toutes choses. « Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père. » (Col. 3, 17).

Dieu dit : « Soyez saints, car je suis saint, moi, l’Éternel, votre Dieu . » (Lev. 19, 2).

« Saint » signifie se laisser renouveler par le Saint Esprit et la Sainte Parole de Dieu conformément à sa volonté.

La „sanctification“ n’est donc rien d’autre que de s’efforcer d’être de moins en moins soumis au péché et de chercher à être obéissant à la volonté de Dieu.

Celui qui recherche la sanctification c’est donc celui qui cherche toujours à mieux reconnaître son péché, celui qui s’examine par rapport à la Parole de Dieu, celui qui scrute son cœur pour détecter quels mensonges s’y cachent, quelles aspirations perverses y prospèrent, quels mauvais désirs s’y manifestent.

« Nettoyez vos mains, pécheurs ; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus ! » (Jac. 4, 8).

« Recherchez la sanctification ! » signifie tout d’abord : applique-toi à reconnaître ton péché ! Prends les 10 commandements comme miroir et examine-toi : « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. » (Rom. 6. 22).

Alors tu en viens à reconnaître avec David : « Je reconnais mes transgressions, et mon péché est constamment devant moi » (Ps. 51, 5) ; « Je reconnais mon iniquité, je suis dans la crainte à cause de mon péché. » (Ps. 38, 18).

Les Dix Commandements sont le seul moyen par lequel le péché peut être reconnu et nommé comme tel.

Certains exigent à la manière des pharisiens : « Ne prends pas ceci, ne goûte pas cela, ne touche pas cela  »(Col. 2, 21) – cela a une apparence de sagesse mais c’est une piété et une apparence d’humilité qu’ils se sont inventées eux-mêmes et qu’ils proclament eux-mêmes.

Si quelqu’un (à la manière des pharisiens) met en place d’autres critères pour indiquer ce qui est péché et veut les appliquer à lui-même et les faire appliquer par les autres, alors il y a mensonge et tromperie en utilisant du nom de Dieu.

Une telle personne ne recherche pas la sanctification mais elle impose sa propre volonté ou des lois et des idées humaines qui n’ont rien à voir avec la Parole de Dieu ; cela la conduit à placer sa confiance en elle-même et à faire preuve d’une arrogance spirituelle en se croyant supérieure aux autres, en jugeant les autres, en les accusant, en les condamnant ; il méprise son prochain.

Cette façon de penser qui va ainsi au delà de la parole et de la volonté de Dieu, produit justement le contraire de la vraie sanctification.

Quand la femme de Potiphar a tenté de séduire Joseph afin qu’il cède à ses avances et commette l’adultère, il a dit : « Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ? » (Gen. 39, 9) – c’était un acte de sa sanctification quotidienne alors qu’il était déjà un croyant, une personne sanctifiée par Dieu.

C’est pourquoi David prie : « Enseigne-moi tes voies, ô Éternel ! Je marcherai dans ta fidélité. Dispose mon cœur à la crainte de ton nom. » (Ps. 86, 11).

Et Paul écrit: « C’est pourquoi je m’efforce d’avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes. » (Actes 86, 11).

La Parole de Dieu enseigne aussi que cela ne concerne pas que les choses extérieures : « Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. » (2 Cor ; 7, 1).

Souillure de l’esprit : douter de la grâce de Dieu, murmurer contre Dieu, être impatient, avoir une connaissance imparfaite de la volonté de Dieu, se laisser salir par l’hérésie.

Souillure de la chair : l’adultère, l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables (Gal. 5, 19).

Jusqu’ici, par « sanctification » on pensait principalement aux œuvres extérieures, comme ne pas voler, ne pas se laisser aller à la haine et ne pas commettre l’adultère .

Mais qu’en est-il de la « souillure de l’esprit » ?

David prie dans le psaume : «O Dieu ! crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé. » (Ps. 51, 12).

Ceci est une prière contre l‘impureté que la raison humaine ne reconnaît pas : à savoir que le cœur doit être pur et sans tache et ne pas être souillé par de fausses opinions au sujet de Dieu et concernant sa volonté.

Dieu est bon, bienveillant et miséricordieux. Il ne prend pas plaisir à voir le méchant mourir mais il veut qu’il change de conduite et vive. ( Ez. 33, 11).

Lorsque le cœur de l’homme remarque que Dieu est en colère, alors se fait jour en lui une fausse conviction ; nous sommes alors persuadés que Dieu est différent de ce qu’il est en réalité (à savoir qu’il ne fait pas grâce, qu’il n’est pas miséricordieux), nous cherchons alors des remèdes que la Parole de Dieu rejette ou interdit ou alors nous sombrons complètement dans le désespoir.

La personne croyante prie contre ces „souillures du cœur“ et demande à Dieu de lui donner des pensées conformes à l’enseignement de la Parole de Dieu pour qu’elle puisse saisir Dieu comme son Sauveur qui pardonne les péchés. Car même ceux qui connaissent la vérité courent le risque d’être induits en erreur par le diable de maintes manières et d’être séduits par de fausses opinions sur Dieu.

Le croyant prie pour que chaque jour la connaissance de la bonté divine grandisse en nous pour que nous soyons joyeux et courageux dans tout ce que nous faisons ou souffrons et pour que nous sachions que, en l’amour de Christ, Dieu est miséricordieux avec nous. Ce que nous faisons, ce que nous mangeons et buvons, le travail que nous accomplissons est agréable à Dieu. En cela, le cœur doit rester pur dans une connaissance juste et constante de Dieu et avoir confiance en Dieu

Ce n’est pas en notre pouvoir de nous offrir un tel cœur. C’est Dieu qui le crée ; c’est un don de la grâce de Dieu. C’est pourquoi le Saint-Esprit utilise le mot « créer » : « O Dieu ! crée en moi un cœur pur … » Tout comme il ne nous est pas possible de produire nous-mêmes un tel cœur, de même il ne nous est pas possible de préserver nous-mêmes ce don de Dieu contre les attaques sournoises du diable, et nous sommes souvent «souillés» par une soudaine tentation, une soudaine tristesse. C’est pourquoi il est nécessaire de toujours demander dans la prière un tel cœur pur et confiant en Dieu.

C’est aussi dans cet esprit qu’il faut comprendre la deuxième partie du verset : « renouvelle en moi un esprit bien disposé ! » Il demande un esprit ferme et résolu, qui est armé contre le doute et la pauvreté de foi et contre les tentations au mal. Cet esprit doit raffermir le cœur pour qu’il ne soit pas « souillé ». Christ l’appelle « Esprit de vérité ». (Jean 14, 17 ; 15, 26 et 1 Jean 4, 6).

Cela fait partie de la sanctification que nous affrontions le diable avec la parole de Dieu et la prière, lorsqu’il tente de nous induire en erreur au sujet de Dieu.

Ainsi, la sanctification quotidienne est l’aspiration du chrétien de vouloir être renouvelé en esprit et en chair pour ressembler de plus en plus à la manière de l’homme que Dieu avait jadis créé mais que l’homme a perdu lors la chute.

C’est ce que dit le verset : « Vous avez revêtu l’homme nouveau qui se renouvelle pour parvenir à la vraie connaissance, conformément à l’image de celui qui l’a créé » (Col. 3, 10) et : « Revêtez-vous de l’homme nouveau, créé, selon Dieu, dans la justice et la sainteté que produit la vérité. » (Eph. 4, 24).

Nous ne serons pas parfaits tant que nous vivrons dans ce monde-ci.

C’est pourquoi il est écrit « Recherchez la sanctification ! »

Nous devons dire avec Paul : « Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. » (Phil. 3, 12).

Notez bien :

La sanctification quotidienne ne fait de personne un chrétien mais elle est nécessaire pour rester chrétien.

Tu n’es pas chrétien parce que tu recherches la sanctification, mais parce que tu crois en Christ qui est ton Sauveur.

La sanctification fait partie du chrétien comme la lumière vient du soleil.

Tu ne trouves pas la certitude de ton salut dans ta sanctification mais dans la promesse de Dieu : Prends courage ! Par l’amour de Christ tes péchés te sont pardonnés.

Ainsi ta certitude de salut repose sur la ferme parole de Dieu, sur le fait que Dieu te justifie par pure grâce par l’amour de Christ.

Tu peux être un chrétien heureux et vivre dans la certitude de ton salut si ton cœur et ton esprit sont entièrement pénétrés non pas par la sanctification mais par l’Évangile et la grâce de Dieu.

La sanctification n’est pas le fondement de notre salut !

Le fondement solide de notre salut est la grâce de Dieu seule que nous saisissons par la foi en Jésus-Christ !

Mais dès qu’un homme vient à son Sauveur par la foi, alors Christ habite par la foi dans son cœur.

Mais la foi,Christ et l’Esprit Saint sont chassés d’un cœur qui préfère le péché à Christ et qui ne veut pas renoncer au péché !

Alors, comment peut-on être chrétien et ne pas rechercher la sanctification ?

Là où est la vraie foi, il y a sanctification ; Là il y a reconnaissance du péché et volonté de renoncer au péché et volonté d’obéir à la parole de Dieu.

Là il y a lutte, la lutte contre le péché et la joie pour chaque victoire !

Celui qui a la foi et l’espérance dans la vie éternelle, se purifiera de tout ce qui s’y oppose, comme l’écrit l’apôtre Jean : « Toute personne qui possède cette espérance en lui se purifie comme lui-même est pur. » (1 Jean 3, 3).

C’est pourquoi nous ne devons pas être dupes : « Sans la sanctification personne ne verra le Seigneur ! », nul ne peut être sauvé sans dégoût du péché et sans effort long et honnête pour s’en débarrasser.

Aussi notre Seigneur miséricordieux nous encourage : « Fortifiez donc vos mains languissantes et vos genoux affaiblis ; et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse. » (Hebr. 12, 12. 13).

Si tu reconnais que tu n’as pas recherché la sanctification comme tu aurais dû le faire alors ne t’éloigne pas de Jésus mais cours vers Lui !

Jésus dit : « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi … car sans moi vous ne pouvez rien faire. » (Jean 15, 4. 5b).

Jésus-Christ est le Sauveur, il veut te guérir : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos … et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi. (Matth. 11, 28 / Jean 6, 37).

Si tu reconnais en toi péché après péché, si tu veux en être débarrassé et si tu souhaites t’améliorer, alors tu recherches la sanctification car un tel désir ardent est suscité en toi par le Saint-Esprit.

Si le Saint-Esprit agit en toi, alors tu as sûrement la vraie foi, par laquelle tu es assuré d’être sauvé et que tu verras le Seigneur !

« Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. » (1 Jean 2, 1. 2). Amen.

Pasteur Martin Blechschmidt, Runkel-Steeden, Allemagne/ Traduction : Louis Cron, Obernai, France